BSF J6 : L'interview en bottes - Hocus Pocus

19/08/10 à 17:23 - Mise à jour à 17:23

Hocus Pocus concluait à Bruxelles une tournée d'été consécutive à la sortie, en mars dernier, de l'album 16 pièces. Les Nantais foutent l'ambiance sans détour, mode d'emploi avec 20Syl!

BSF J6 : L'interview en bottes - Hocus Pocus

© AS / AdnSound

La recette Hocus Pocus, c'est quoi ?


C'est le mélange, la confrontation entre nos inspirations différentes tout en restant basé sur le hip-hop. En fait, la colonne vertébrale c'est le hip-hop et à ça, viennent se greffer tous les organes comme le jazz, la soul, un peu de chanson française, des influences africaines... Et le fait de mélanger le tout, donne notre personnalité.


Fin de la tournée d'été pour vous, c'est quoi un bon festival version HP ?


C'est jouer à la fois devant un public qui nous soutient, mais aussi devant un public non averti, les faire partir à notre découverte. Il faut qu'il y ait un partage d'énergie (et mercredi soir, on peut vous assurer que le partage était bien là !). Notre but est d'aller chercher les gens pour qu'ils ne restent pas passifs mais qu'ils deviennent eux aussi acteurs du concert. Il faut les investir.


Le groupe peut faire bondir tout un public même sur une chanson comme Papa ?, qui est pourtant plutôt amère. Comment ça marche ?


Le principe du live est de transcender les gens. Faire de chaque chanson, chaque moment du live, quelque chose de festif. Il ne faut pas qu'une chanson reste froide ou glauque, ça doit être un clin d'oeil. Sur Papa ?, on va sampler, restructurer et en faire quelque chose de supérieur. Et de nouveau il y a l'interaction avec le public.


Justement cette chanson Papa ?, c'est l'âge des responsabilités ?


Il ne faut pas vraiment le prendre au 1er degré. C'est une constatation que j'ai faite en regardant mes potes qui se reconnaissent d'ailleurs dans la chanson. C'est l'observation des autres. Mon style de vie n'est pas adapté à cette situation et je ne suis pas encore prêt. Mais cette chanson, ce sont aussi des anecdotes dont il faut pouvoir rire. En fait la question c'est : Suis-je prêt à abandonner une partie de ma passion ? On fait le tour des avantages et inconvénients. La fin de la chanson (ndlr Nougaro chantait Cécile et Renaud, Lola J'ai choisi de la dédier à ceux que je n'aurai pas) c'est un peu comme Brassens et sa non-demande en mariage !


Propos recueillis par Damien Roulette

Nos partenaires