Rockmelt, le nouveau navigateur très social

16/11/10 à 16:44 - Mise à jour à 16:44

Rockmelt est un nouveau navigateur internet qui se revendique de la génération du 2.0. Mais un nouvel explorateur a-t-il réellement ses chances parmi les géants du genre ?

Rockmelt, le nouveau navigateur très social

Rockmelt a fait énormément parler de lui ces derniers jours. Ce nouveau navigateur tente de se faire une place sur la toile. Avec déjà un petit plus, il est de la génération 2.0. Un terrain qu'Andreessen veut reconquérir depuis que le Flock (dans la lignée de Firefox) s'est quelque peu approprié le marché. Mais revenons-en à ce fameux 2.0. Pour faire simple, il s'agit là d'une nouvelle génération de navigateurs. Ceux-ci misent totalement sur les nouveaux usages de l'internet comme les réseaux sociaux. D'ailleurs pour les créateurs de Rockmelt, il s'agit d'un navigateur basé sur "les bouleversements majeurs générés par les comportements des internautes, qui gouverneront Internet dans la prochaine décennie". Alors non, ils ne se cachent pas de tout miser sur l'intégration de Facebook et de Twitter au navigateur. D'ailleurs, pour le moment, son utilisation n'est ouverte qu'aux propriétaires de comptes Facebook. Mais la place accordée aux réseaux sociaux ne sera pas la seule innovation du navigateur. Voici quelques autres atouts que propose Rockmelt.

Un navigateur construit sur les préférences de l'utilisateur

Selon les concepteurs de Rockmelt, nous passons beaucoup de temps sur internet mais l'utilisons d'une façon tout à fait différente aujourd'hui. Il faut l'avouer, on passe beaucoup plus de temps à gérer nos réseaux sociaux qu'à explorer des sites internet. Les navigateurs nous connectent donc à notre monde. L'idée de Rockmelt est de construire notre monde directement dans le navigateur. Pour relever ce défi, la nouvelle création d'Andreessen permet de naviguer sur internet sans jamais quitter ses amis des yeux. Deux fenêtres ont été ajoutées à droite et à gauche de l'écran. L'une permet d'accéder à ses contacts Facebook et Twitter et l'autre affiche les sites. Depuis n'importe quelle page, on peut désormais actualiser un statut, poster un message ou partager un lien. Un bouton 'share' a d'ailleurs été intégré directement dans la barre d'url pour accélérer le partage d'informations. Une autre façon consiste en un simple glisser-coller vers Facebook. La messagerie instantanée de Facebook est également accessible, peu importe sur quel site on se trouve.

Une recherche accélérée

Rockmelt se base sur la technologie de Google Instant pour son moteur de recherche. Les internautes peuvent donc visualiser les pages demandées via un volet dynamique. Plus besoin de revenir en arrière pour trouver ce que l'on cherche. Il suffit de naviguer directement sur les résultats proposés par Google.

Dans les nuages

Ce nouveau serveur est entièrement 'backed by the cloud'. Cela signifie qu'un utilisateur peut accéder à son contenu et à ses préférences de n'importe quel ordinateur. Il suffit de se connecter avec son identifiant personnel et hop, tout est là. Rockmelt se base aussi sur nos activités internet pour définir nos sites de préférence automatiquement. Si nous visitons une page internet dix fois par jour, elle sera automatiquement enregistrée et le flux d'informations RSS sera récupéré. Dès qu'une mise à jour sera faite via ce flux, nous en serons avertis par le navigateur.

Une envie de revanche ?

Il ne faut pas non plus oublier qui est derrière ce nouveau projet. Marc Andreessen n'est autre que le fondateur de Netscape. En 1994, ce navigateur internet été utilisé par 90% des internautes mais il avait perdu la face devant la version 4.0 d'internet explorer en 1997. Treize ans plus tard, Andreessen veut donc prendre sa revanche dans la guerre des navigateurs. Rockmelt voudrait-il se mesurer aux géants Mozilla, Internet Explorer, Chrome ou même Opéra ? Si les 500 millions d'utilisateurs Facebook suivent le mouvement peut être que ce défi n'est pas impossible ... mais il faudra beaucoup de travail et de persuasion pour rattraper le leader Internet Explorer (et son milliard d'utilisateurs).

Et Flok dans tout ça ...

L'approche d'Andreessen n'est pas nouvelle. Flock, un dérivé de Firefox, propose aussi un navigateur inspiré de l'usage des réseaux communautaires. Même si tous les deux sont basés sur le projet open source Chromium, la version proposée par Rockmelt a été optimisée. Elle ne demande pas non plus l'ajout d'un nombre incalculable de plug-in (comme dans Firefox) ou de barres dédiées aux sites sociaux (comme Meebo).

Depuis le lancement de sa version bêta, Rockmelt a déjà rencontré plusieurs problèmes de login ou d'affichage. Les créateurs ont décidé de prendre les choses avec le sourire en annonçant qu'ils étaient "fierbarrassés". Fiers de voir le succès de leur nouveau bébé mais embarrassés de ne pas pouvoir donner une expérience optimale de celui-ci à tous. Avec un investissement de près de dix millions de dollars et une équipe de 30 employés, Marc Andreessen a encore fait fort. Ne reste plus qu'à espérer que l'avenir de ce nouveau navigateur sera plus rose que celui qu'a connu Netscape.

Vous n'avez pas peur d'affronter les petits bugs de démarrage et vous voulez tester Rockmelt le plus vite possible ? Si vous possédez un compte Facebook, vous pouvez vous inscrire sur la liste d'attente de cette page : http://www.rockmelt.com

Céline Sohier (Stg)

Nos partenaires