Serge Coosemans
Serge Coosemans
Chroniqueur
Chronique

23/07/18 à 12:45 - Mise à jour à 12:43

Au nom du fun et de la subversion, protégeons l'anonymat

La semaine dernière, on a vu comment certains, au nom de la lutte contre le cyberharcèlement, en sont venus à penser interdire l'anonymat sur le Net. Leurs raisons sont bonnes, leurs solutions sont un danger pour le fun et la subversion. Idée en l'air plutôt que pavé dans la mare, c'est le Crash Test S03E41.

Il y a quelques mois, quand j'ai accepté d'écrire ce bouquin sur et avec Pascal Smet, il a vaguement été question de le sortir sous pseudonyme. C'est qu'un livre pas trop critique sur un ministre aussi polémique, ça pouvait drôlement exciter les trolls, me faire passer pour un vendu et même rendre "ingérable" ma présence sur les réseaux sociaux. D'autant qu'un bouquin d'interview, ça peut aussi se rater indépendamment de toute volonté, autrement dit, se transformer en boulet à traîner. Avais-je vraiment envie de tout ça? Je n'ai pas réfléchi longtemps: c'était évidemment beaucoup plus drôle de le publier sous mon vrai nom. Dans ce cas de figure, le pseudonyme n'avait même carrément aucun intérêt, à moins de se montrer jouette et troll; le signer Winston-Vincent Dewolf, par exemple. Chose impensable pour d'évidentes raisons. Dommage.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires