Serge Coosemans
Serge Coosemans
Chroniqueur
Chronique

16/07/18 à 11:04 - Mise à jour à 11:56

Nadia Daam et l'anonymat sur le Net: 7 milliards de trolls et moi et moi et moi

Bien: que la justice poursuive et condamne les cyberharceleurs. Pas bien: tenter de mettre fin à l'anonymat sur le Web au nom d'un principe de précaution beaucoup trop précautionneux. Le reste n'est que pseudo-littérature et blagues de fan des Snuls. Le Crash Test S03E40, quoi!

Depuis que je me fritte avec des gens sur Internet, l'idée de porter plainte m'a quelques fois traversé l'esprit. Il m'est même carrément arrivé d'utiliser la menace procédurière, sans toutefois ne jamais la concrétiser. Ma petite ligne dans le sable est toute bête: ce qui se passe dans un clash reste dans le clash. C'est de bonne guerre. Si le clash déborde du Net, si le clash déborde du clash; que sort par exemple le nom d'une ex-compagne qui n'a rien à voir avec cette choucroute ou que l'on cherche à me faire virer d'un job parce que je fais le kéké sur Facebook, là, je ne joue plus. Se rabaisser le caquet, se tenir par la barbichette, tient du sport. Manigancer pour que quelqu'un en vienne à socialement toucher le fond ou se sente menacé dans son intégrité physique, ce n'est plus du sport. C'est Joe Pesci. D'où l'appel possible à la flicaille et à l'arbitrage judiciaire. Bref, je partage le point de vue de la chroniqueuse Nadia Daam. Elle avait parfaitement raison de traîner les crétins qui l'ont menacée de viol et de mort au tribunal et il est tout à fait sain qu'ils aient été condamnés. Elle maîtrisait le game, ils ont tenté un coup bas. Ce n'était pas sportif, l'arbitre a sorti le carton rouge, d'où victoire par élimination. Bravo, la France.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires