12 septembre, l'Amérique d'après

02/09/11 à 15:47 - Mise à jour à 15:46

ACTU | Dix ans après la tragédie que l'on sait, où va le pays de l'Oncle Sam? Au total, ce sont 19 regards croisés qui dessinent les contours, hautement incertains, du futur ricain.

12 SEPTEMBRE, L'AMÉRIQUE D'APRÈS, COLLECTIF, ÉDITIONS CASTERMAN. ***

12 septembre, l'Amérique d'après

ACTU | Journalistes à Radio France, Pascal Delannoy et Jean-Christophe Ogier ont sollicité, des 2 côtés de l'Atlantique, dessinateurs, écrivains, éditorialistes, reporters, afin de nouer des dialogues inédits, essentiellement graphiques mais pas seulement, autour de l'Amérique de demain. Dix ans après la tragédie que l'on sait, où va le pays de l'Oncle Sam? Au total, ce sont 19 regards croisés qui dessinent les contours, hautement incertains, du futur ricain. Planches de BD, dessins de presse, textes, illustrations: les intervenants collaborent, s'écrivent, se répondent, pour accoucher d'un état des lieux pluriel et sans appel qui débouchera également sur des expositions à Paris et New York.

Par-delà le prétexte parfois un peu bidon et une qualité intrinsèque inévitablement inégale se dégagent quelques jolies lignes de force, entre pessimisme plombé et parano poétisée confinant au surréalisme -ce que rend bien la couverture façon Magritte d'Enki Bilal.

Si l'avant-propos -une lettre adressée par l'éminent romancier Russell Banks (The Sweet Hereafter) à son petit-fils censé la découvrir en 2031- verse dans un alarmisme moralisateur de fort piètre tenue, le Conte de Noël du Balzac US Jerome Charyn, en balade apocalyptique chez Macy's, glace le sang, tandis que le texte édifiant de Roger Cohen sur les conséquences du 11 septembre fait littéralement froid dans le dos. Côté bédéistes, Joe Sacco, Munoz & Sampayo, ainsi que, le temps d'un entretien, Art Spiegelman, ne sont pas en reste. Mais au final, ce sont les caricatures et dessins de presse de Jul, Plantu et Daryl Cagle qui pèsent sans doute le plus lourd dans la balance, forts de l'impact ravageur de leur implacable concision.

Nicolas Clément

Nos partenaires