Julien Broquet
Julien Broquet
Journaliste musique et télé
Opinion

18/02/11 à 11:37 - Mise à jour à 11:37

Eurovision: la baie des (chi)cons...

Les Witloof Bay représenteront la Belgique au concours Eurovision. Mais quand se décidera-t-on enfin à enterrer la grand-messe de la variète?

Eurovision: la baie des (chi)cons...

© Belga

Par Julien BROQUET

L'an dernier, le candidat français Jessy Matador (tout un programme) présentait l'événement comme les JO de la musique. On aurait plutôt tendance à citer Coluche. "Elle est capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire qu'elle est la meilleure." Sans le vouloir, l'Eurovision est un peu à la musique ce que les Razzie Awards sont au cinéma. Une parodie de récompense célébrant les plus mauvais de l'industrie.

Mettez déjà vos oreilles en berne. Le 14 mai prochain, le concours créé en 1956 par Marcel Bezençon, directeur de la société de télévision suisse, célébrera à Düsseldorf son 56e lauréat. Cette année, la RTBF a décidé d'en revenir à une sélection publique. Le 12 février dernier, les spectateurs de la Une (55.000 tout de même ont voté) et un jury de professionnels rassemblant Sandra Kim, Jean-Pierre Hautier, Viktor Lazlo et Charles Gardier (manquaient plus que Nathalie Pâque et Mélanie Cohl) ont choisi les Witloof Bay pour nous représenter lors du grand barnum de la variété européenne.

Quitte à sélectionner un candidat avec un nom décalé, on aurait dû envoyer les Flamands de Kiss the Anus of a Black Cat. Certains y auraient peut-être vu un message politique moins lourdaud qu'un groupe composé de Wallons, Bruxellois et Flamand. Genre "et tu t'étonnes qu'en Belgique ils aient la poisse et pas encore de gouvernement?".

Car oui, il y a de la politique et de la diplomatie (qui a dit de la corruption?) derrière le Tchernobyl de la musique. Les votes semblent aussi sincères que la désignation des pays hôtes de la coupe du monde. Vas-y que j'adore le morceau de mon voisin. Que je file 10 points à mes copains. "C'était un pétomane en tutu? Ben oui. Mais on a le même sens de l'humour."

En 1978, la télé jordanienne, qui retransmettait l'émission en direct, diffusait une image de fleur pendant la chanson israélienne bientôt lauréate du concours. Et le lendemain, c'est la Belgique, deuxième, qui était annoncée gagnante par les services d'information jordaniens...

Sourire moqueur

Witloof Bay, qui ne casse pas trois pattes à un canard, est loin de faire partie des "Inoubliables" (terme péjoratif signé La Nouvelle Star), avec sa pop a capella et son human beat box. Mais il n'est dans le fond qu'un canasson, un de plus, dans le grand manège de l'Eurovision. Tout au plus se souvient-on, sans sourire moqueur, des quelques France Gall, Abba, Telex et Tellier... Céline qui?

On se demande ce qui peut bien exciter les téléspectateurs, à part un goût prononcé du kitsch, une quête désespérée de rigolade et un bête élan de patriotisme. Dans ce dernier domaine, on peut même se faire du souci. Pour la première fois de son histoire, le concours ne comportera pas une seule chanson en langue française. Outre-Quiévrain, on a opté pour un titre lyrique en corse, tandis qu'en Suisse, on chante, comme chez nous, en anglais. On se sent sans doute moins con quand on ne comprend pas les paroles.

Nos partenaires