The Awakening (La Maison des ombres)

15/05/12 à 14:31 - Mise à jour à 14:31

THRILLER | Il plane sur The Awakening, Corbeau d'Or du récent BIFFF, et attendu dans quelques jours sur nos écrans, un petit air de déjà-vu. Quoi de plus naturel, à vrai dire, s'agissant d'une histoire de revenants...

THE AWAKENING, THRILLER DE NICK MURPHY. AVEC REBECCA HALL, DOMINIC WEST, IMELDA STAUNTON. 1 H 47. SORTIE: 16/05. ***

The Awakening (La Maison des ombres)

© DR

Du reste, fantômes, ectoplasmes et assimilés n'ont cessé de hanter le Septième art, en un jeu d'ombres aux innombrables déclinaisons, oniriques ou fantastiques, suivant que l'on soit chez Joseph Mankiewicz (The Ghost & Mrs Muir) ou chez Peter Jackson (The Frighteners), à quoi l'on pourrait encore ajouter les apparitions les plus farfelues, du Ghost Goes West de René Clair aux Ghost Busters d'Ivan Reitman.

Nick Murphy inscrit pour sa part The Awakening dans un moule patenté. Soit, dans les années qui suivent la Première Guerre mondiale, l'affaire qui conduit une jeune scientifique doublée d'une chasseuse de fantômes dans un pensionnat de la campagne anglaise afin d'y enquêter sur la mort mystérieuse d'un enfant. Et de voir ses convictions rationnelles sérieusement ébranlées par une série de phénomènes inexplicables... Si le schéma semble familier jusqu'au cliché, le réalisateur réussit à en tirer le meilleur parti -par la grâce notamment d'un scénario à tiroirs finaud, qui emmène bientôt le film en terrain aussi sensible que bluffant. On pense à The Others d'Alejandro Amenabar, avec lequel The Awakening partage aussi une excellente distribution, à savoir, pour le coup, Rebecca Hall et Dominic West. Et l'on succombe avec délectation au charme un brin suranné d'un film qui, quelques semaines après le Twixt de Coppola, consacre le retour en force des esprits...

J.F. PL.

Nos partenaires