Robin Campillo, à 120 BPM

24/08/17 à 09:16 - Mise à jour à 09:16
Du LeVif Focus du 25/08/17

Dans 120 battements par minute, Robin Campillo, le réalisateur d'Eastern Boys, revient sur les années sida à travers l'aventure collective d'Act Up-Paris. Et signe un film politique puissant doublé d'un drame intime bouleversant.

Avec 120 battements par minute, le cinéaste français Robin Campillo ne signe jamais, la cinquantaine bien entamée (il est né en 1962 à Mohammedia, au Maroc), que son troisième long métrage. Issu des rangs de l'Idhec (Institut des hautes études cinématographiques, intégré ensuite à la Fémis), il se fera d'abord un nom comme scénariste, collaborant avec son camarade de promotion Laurent Cantet à compter de L'Emploi du temps, en 2001 -association toujours d'actualité, d'ailleurs, puisqu'il a encore cosigné récemment le script de L'Atelier. À cette activité d'écriture viendra s'ajouter celle de réalisateur, en pointillés d'abord -dix ans séparent Les Revenants, son premier long métrage tourné en 2004, d'Eastern Boys, prix Orizzonti du meilleur film à la Mostra de Venise-; de façon plus soutenue ensuite, comme en atteste aujourd'hui la sortie de 120 BPM dans la foulée de son triomphe critique cannois.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires