La pop cambodgienne n'a pas oublié les Khmers rouges

20/05/15 à 11:35 - Mise à jour à 11:35

De la naissance du rock'n'roll cambodgien à son épanouissement puis sa destruction presque totale avec le reste du pays, le documentaire Don't Think I've Forgotten raconte l'histoire de ce genre musical trouvé et perdu.

La pop cambodgienne n'a pas oublié les Khmers rouges

Baksey Cham Krong © Youtube

Le rock'n'roll cambodgien est largement méconnu. Il a pourtant existé. Dans les années '60 et le début des années '70, alors que la guerre au Vietnam menace ses frontières, une nouvelle scène musicale naît au Cambodge. Elle a pris un peu de rock'n'roll occidental (américain, anglais et français) et y a ajouté les mélodies uniques et les rythmes hypnotiques de sa musique traditionnelle. Le Cambodge avait découvert la guitare électrique, les chanteuses pop aux robes trapèze et les garçons qui jouent de la musique pour impressionner les filles.

Puis le régime autoritaire Khmer rouge est arrivé au pouvoir en 1975, faisant 2 millions de morts -un quart de la population cambodgienne de l'époque. C'était il y a quarante ans. Il a commencé par éliminer les artistes incarnant pour lui les valeurs décadentes de l'Occident. Comme le résume parfaitement cette phrase du documentaire de John Pirozzi, "si vous voulez éliminer la société, les anciennes valeurs, il faut commencer par éliminer les artistes".

Les Khmers rouges ont suivi la règle à la lettre, assassinant 90% des artistes du pays. Ros Sereysothea en faisait partie. La chanteuse cambodgienne, star des années '60, a été portée disparue depuis son arrestation par le régime de Pol Pot.

Le documentaire retrace les atrocités commises à l'encontre des milieux artistiques cambodgiens à partir de 1967 et offre ainsi une nouvelle perspective à la guerre, souvent associée à l'Histoire du pays. Don't Think I've Forgotten réaffirme la volonté de ne pas oublier le génocide et explore l'importance de la musique cambodgienne dans la société d'hier et d'aujourd'hui.

Le documentaire est disponible en Blu-ray et DVD et est régulièrement projeté dans des festivals de films indépendants.

En attendant une projection en Belgique, quelques-uns des 20 morceaux extraits de la bande originale du film sont disponibles gratuitement.

Nos partenaires