Klapisch: "Ce simplisme qu'on me reproche souvent, je le revendique"

29/06/17 à 10:28 - Mise à jour à 30/06/17 à 13:41
Du LeVif Focus du 30/06/17

Convivial et générationnel, le cinéma du réalisateur français Cédric Klapisch s'incarne dans Ce qui nous lie, "un film sur le temps qui passe".

Cédric Klapisch, c'est une intelligence en mouvement dans un physique de bon vivant, un cinéaste masquant son style sous une priorité affichée aux acteurs, aux personnages. Bref, un type plus compliqué que le naturalisme de ses films peut le laisser supposer. Un artiste sensible et souvent inspiré, attachant à la jeunesse et à la filiation une importance qu'a sans doute nourri le fait d'être enfant de parents juifs ayant survécu au programme génocidaire nazi. Par une (très) chaude journée, il a commenté pour nous un Ce qui nous lie parlant de la famille, de la vie et du vin. Un film qui lui ressemble, comme un cru peut ressembler à celle ou celui qui l'élabore, des vendanges à la vinification... Mais si le raisin est la matière première d'où se fait le vin, quel est son équivalent dans le domaine cinématographique? "L'ingrédient premier, ce sont bien sûr les acteurs! Mais du scénario au montage, il y a plein d'autres ingrédients. Tout...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires