Il veut envoyer 100.000 copies de The Interview en Corée du Nord par ballon

02/01/15 à 15:07 - Mise à jour à 15:07

Un activiste prévoit d'envoyer en ballon des copies du film piraté de Sony, sur DVD et clés USB, ainsi que du matériel éducatif et d'information afin de contrer la dictature de Kim Jong-un.

Il veut envoyer 100.000 copies de The Interview en Corée du Nord par ballon

Park Sang-hak, aux prises avec la police, en 2007. © REUTERS/You Sung-ho

Le hack de Sony et les menaces autour la sortie du film The Interview, avec James Franco et Seth Rogen, n'ont pas fini de faire des remous. Même si le film a finalement connu une sortie "officielle", en VOD, le débat qu'il a engendré sur les libertés fondamentales est loin d'être clos. Et en outre, Sony a réussi à sauver les meubles en récoltant quelque 15 millions de dollars grâce aux revenus VOD, alors que le budget du film s'élevait à 100 millions.

Aujourd'hui, c'est un activiste sud-coréen qui fait à nouveau parler du film grâce à son projet un peu fou d'envoyer pas moins de 100.000 DVD et clés USB en Corée du Nord par ballon. L'idée derrière, c'est que c'est en informant le peuple nord-coréen qu'on viendra à bout de son régime totalitaire. "La dictature nord-coréenne s'effondrera si l'adoration de son leader Kim Jong-un cesse", affirmait ainsi Park Sang-hak à la chaîne ABC.

Pour mener à bien son entreprise, l'activiste qui a déjà reçu des menaces de mort s'est adjoint les services de l'organisation humanitaire Human Right Foundation qui a mis sur place une campagne de financement participatif qui répond au nom de "Hack them back". Objectif: récolter 250.000$ pour financer l'envoi de DVD, mais aussi de brochures informatives de propagande anti-Pyongyang.

Comme le souligne ABC, il n'est néanmoins pas sûr que le matériel envoyé puisse être correctement vu par la population visée: seule une petite partie des citoyens nord-coréens ont accès à des ordinateurs ou des lecteurs DVD. Et une bonne partie d'entre eux n'oserait pas regarder le film, de peur de s'attirer des problèmes. Il faut savoir que posséder un ordinateur en Corée du Nord requiert une permission du gouvernement, et que le prix de ceux-ci équivaut à trois mois de salaire du travailleur moyen...

En savoir plus sur:

Nos partenaires