En 2016, le cinéma a pris la crise à bras-le-corps

02/01/17 à 13:30 - Mise à jour à 13:45

Source: Le Vif/l'express

De Ken Loach, Palme d'or à Cannes, appelant à la résistance, à Alain Guiraudie, invitant à Rester vertical, retour sur une année où le cinéma a souhaité traité la crise avec force.

" Il faut rapporter l'espoir dans cette période de désespoir. Dire qu'un autre monde est possible et même nécessaire. " Recevant une seconde Palme d'or pour Moi, Daniel Blake, dix ans après celle obtenue pour Le vent se lève, Ken Loach aura adopté des accents lyriques pour reformuler un engagement jamais démenti. Inscrit dans la réalité d'une Angleterre lacérée par l'ultralibéralisme, le film sonne comme un appel à la résistance en effet - et l'on peut considérer qu'en l...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires