2 Days in New York

10/04/12 à 15:27 - Mise à jour à 15:27

COMÉDIE SENTIMENTALE | Cinq ans après "2 Days in Paris", Julie Delpy renverse la perspective du choc culturel franco-américain dans cette savoureuse comédie sentimentale où Chris Rock a affaire à une belle-famille envahissante...

2 DAYS IN NEW YORK, COMÉDIE SENTIMENTALE DE ET AVEC JULIE DELPY. AVEC CHRIS ROCK, ALBERT DELPY, ALEXIA LANDEAU. 1H31. SORTIE: 11/04. ***

2 Days in New York

© DR

Cinq ans et deux longs métrages après son savoureux 2 Days in Paris, Julie Delpy renoue le fil d'une comédie sentimentale sur arrière-plan de choc culturel, en inversant le prisme en même temps qu'elle en déplace l'action à New York. C'est là que l'on retrouve Marion (Delpy), photographe française désormais installée dans la Grosse Pomme avec son compagnon journaliste, Mingus (Chris Rock), et leurs deux enfants, nés de relations antérieures. Une famille recomposée dont le quotidien va se voir quelque peu chahuter par l'arrivée -ou plutôt le débarquement-, en provenance de France, des proches de la jeune femme: son père excentrique (Albert Delpy), sa soeur Rose (Alexia Landeau), ajoutant désormais le profil de nymphomane à celui de peste, et un beauf (Alex Nahon) en forme de déclinaison de l'abruti fini.

Réglant son pas sur celui de la comédie loufoque à l'américaine (quand elle ne convoque pas l'ombre bienveillante de Woody Allen), Julie Delpy signe un film qui, à défaut de vraiment surprendre, ne s'en déguste pas moins avec un réel plaisir. La réalisatrice passe les stéréotypes au crible d'un esprit qu'elle a résolument affûté. Et si la facilité et l'hystérie guettent à l'occasion, elle fait également preuve d'un art consommé du contre-pied venu, au besoin, relancer la mécanique. On quitte, du reste, son New York à regret, porté par un fort sentiment d'allégresse...

J.F.PL.

Nos partenaires