Art 42: le street art impose sa place au musée

04/10/16 à 15:16 - Mise à jour à 15:17

Source: Afp

Expo Banksy à Rome, JR au Louvre, MIMA à Bruxelles, graffeurs à la Villa Médicis... Le street art entre doucement au musée avec l'ouverture d'un premier lieu d'exposition permanente à Paris. Reconnaissance ou embourgeoisement d'un mouvement né il y a à peine cinquante ans dans la rue?

Art 42: le street art impose sa place au musée

Art 42 est le premier musée du street art en France. © AFP/Philippe Lopez

"Aujourd'hui, on voit le street art comme une représentation de la liberté, mais c'est très faux", estime Paul Ardenne, historien de l'art contemporain. Pour le spécialiste d'art urbain, l'image d'"artistes indomptables travaillant la nuit au risque de se faire coincer par la police" relève avant tout du "fantasme".

Né à New York à la fin des années 60 avec les tags dans le métro puis les graffitis, le street art a longtemps été lié au vandalisme et à la contestation, mais a perdu une partie de son aura sulfureuse. Une situation renforcée avec l'ouverture de musées, à Amsterdam notamment, Saint-Pétersbourg et l'an prochain à Berlin.

"L'essence du street art, ce sont des murs militants, mais en parallèle il y a un travail d'atelier", souligne Nicolas Laugero-Lasserre, qui a prêté 150 oeuvres de sa collection personnelle pour donner naissance au premier lieu du genre à Paris. C'est en vendant des oeuvres que les artistes vivent et paient leurs déplacements pour imprimer leurs marques sur les murs du monde entier, souligne ce passionné. Certains, comme Futura 2000, pionnier du graff qui expose depuis les années 80, ont aussi fait le choix délibéré de passer des murs de la rue à ceux des galeries.

Au fil des ans, Nicolas Laugero-Lasserre a amassé une collection de sérigraphies, photos ou pièces d'artistes comme Shepard Fairey (l'affiche "Hope" de Barack Obama), Blu, connu pour avoir recouvert de peinture noire une de ses fresques à Berlin pour éviter de favoriser la spéculation immobilière, ou Space Invader et ses mosaïques. Les incontournables JR et Banksy sont également de la partie, ainsi que des artistes émergents moins connus du grand public.

Nicolas Laugero Lasserre, collectionneur qui a prêté 150 oeuvres de sa collection personnelle au musée Art 42.

Nicolas Laugero Lasserre, collectionneur qui a prêté 150 oeuvres de sa collection personnelle au musée Art 42. © AFP/Philippe Lopez

Encore des condamnations

Après avoir longtemps fait tourner ces oeuvres dans des expositions, c'est dans les murs de l'école du numérique de Xavier Niel - fondateur de l'opérateur téléphonique Free et septième fortune de France - qu'elles seront désormais accrochées. Un choix atypique: au beau milieu des salles de cours, trônent des oeuvres à plusieurs milliers d'euros que les aficionados peuvent admirer gratuitement lors de visites guidées, l'idée étant de faire découvrir les oeuvres autant que le lieu, "Art 42".

Malgré cette nouvelle vitrine, le street art souffre encore d'un "certain rejet des institutions", estime Magda Danysz, une galeriste d'art contemporain installée à Paris et à Shanghaï. "En termes de reconnaissance, on attend encore la grande exposition sur le sujet." "Le street art, ce n'est pas trois graffitis sur un terrain vague. C'est un phénomène artistique qui a réussi à orner tous les murs de la planète", souligne-t-elle.

Face à ces réticences, "plus on parlera du street art, mieux c'est", estime Mehdi Ben Cheikh, un galeriste à l'origine de la Tour Paris 13, un immeuble transformé en vaste exposition éphémère en 2014, qui a réuni une centaine d'artistes avant d'être démoli. Pour celui qui a aussi contribué à réveiller une bourgade tunisienne avec le projet Djerbahood, il n'est toutefois pas "tout à fait l'heure de mettre le street art dans des boîtes". A la théorie, il préfère la rue et multiplie les projets dans le 13e arrondissement de Paris où il est installé.

"La rue reste essentielle pour les artistes, c'est ce qui les inspire. Il y a encore beaucoup d'endroits dans le monde où le street art est illégal" ou fait l'objet de condamnations, confirme Magda Danysz. Preuve en est, le fameux Monsieur chat, qui recouvre les murs de Paris de matous hilares, risque actuellement trois mois de prison ferme pour avoir sévi sur les parois en travaux d'une gare.

Quelques figures et lieux incontournables

Le street art a envahi les murs du monde entier, de Montevideo à Paris, en passant par Djerba. Face à cette offre pléthorique, plusieurs artistes sont sortis du lot et ont accédé au rang de star et certains lieux sont devenus emblématiques.

150 oeuvres de 50 artistes différents sont exposées au musée Art 42 à Paris.

150 oeuvres de 50 artistes différents sont exposées au musée Art 42 à Paris. © AFP/Philippe Lopez

Les stars

Banksy. S'il ne fallait en retenir qu'un, c'est lui. Avec son style facilement reconnaissable, l'artiste britannique (né en 1974) a acquis une renommée internationale auprès du public comme du monde de l'art. Une collaboration avec son compatriote Damien Hirst (Keep It Spotless), a été adjugée aux enchères pour 1,8 million de dollars chez Sotheby's à New York en 2008. Ses oeuvres dénoncent le consumérisme, l'impérialisme américain ou le sort des réfugiés en Europe. Il a laissé sa trace sur les murs de Bristol, sa ville natale, Londres, mais aussi Calais ou Gaza. Pourtant, son identité reste un mystère absolu, ce qui entretient l'intérêt des fans. Les dernières rumeurs affirment qu'il ferait partie du groupe Massive Attack, également originaire de Bristol.

JR. L'artiste aux deux initiales s'est fait un nom grâce à ses collages photographiques XXL déployés des favelas de Rio à Shanghai, de New York au Népal. A Paris, le Français (né en 1983) a fait entrer 4.000 anonymes au Panthéon, en affichant leur portrait en noir et blanc à plusieurs endroits du bâtiment. Mais c'est en éclipsant la Pyramide du Louvre au printemps dernier via un monumental trompe-l'oeil qu'il a assis définitivement sa popularité. Il a depuis installé de gigantesques photos d'athlètes à Rio, pendant les jeux Olympiques. Un projet qui avait nécessité l'intervention d'alpinistes pour aider à coller les photos.

Invader. Sa marque de fabrique: des mosaïques réalisées avec des carrelages de salles de bain, reprenant l'imagerie de jeux vidéo des années 70 et 80 comme Space Invaders. Son terrain de jeu favori: Paris, où il réalise ce qu'il appelle des "invasions" depuis 1998, de préférence la nuit, pour éviter la police ou les curieux. Outre des "invaders", l'artiste français réalise aussi des portraits pixellisés comme une reproduction de la Joconde visible sur un mur parisien. Il a posé plus de 3.000 pièces dans le monde et a tenté l'aventure new-yorkaise fin 2015, ce qui lui a valu une interpellation par la police.

Quelques lieux emblématiques

New York, le berceau du mouvement. Dès la fin des années 60, le métro est investi par des tagueurs qui prendront ensuite les murs de la ville comme terrain de jeu. Le mouvement connaît son véritable essor dans les années 1990. Le quartier du Queens a longtemps abrité un lieu phare, 5 Pointz, aujourd'hui détruit. Sur 20.000 m2 d'entrepôts, environ 1.500 artistes avaient imprimé leur marque, faisant du lieu une sorte de musée à ciel ouvert très prisé des touristes. Le propriétaire des lieux a fait repeindre l'ensemble en une nuit, en 2013, pour construire des immeubles de standing à la place.

Berlin. East Side Gallery est un pan de 1,3 km du mur de Berlin couvert de fresques. Plus de 100 artistes du monde entier avaient peint entre février et septembre 1990 le tronçon, aujourd'hui présenté comme "la plus grande galerie d'art à ciel ouvert du monde". En 2009, des travaux de rénovation ont été entrepris pour ce lieu visité chaque année par 3 millions de personnes. Parmi les fresques les plus connues, figure le "Baiser fraternel" entre les dirigeants soviétique Brejnev et est-allemand Honecker.

Londres. Le quartier de Shoreditch est le haut lieu du street art dans la capitale britannique, qui compte notamment des oeuvres de Banksy. Situé dans l'est londonien, ce lieu peuplé de maisons basses, de vieux entrepôts, de galeries d'art et de disquaires, est très prisé des touristes, des visites guidées y sont organisées. Moins accessible, le tunnel Leake Street, derrière la gare de Waterloo, est un lieu plus alternatif où les oeuvres changent très régulièrement.

Nos partenaires