A la télé ce soir : Petit Dieter doit voler

© Lena Herzog/Werner Herzog Film
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

« Les hommes sont souvent poursuivis par ce qu’ils ont vécu en période de guerre ou dans d’autres situations extrêmes. On voit parfois ces hommes dans la rue ou dans leur voiture. Leur vie semble normale, mais elle ne l’est pas. Quand je conduis, j’entends souvent les voix de mes amis décédés. Parfois, mon ami Duane Martin m’appelle et me dit qu’il a froid aux pieds. Je laisse alors le toit de mon cabriolet fermé. Même en plein été. »

Né à Wildberg le 22 mai 1938, Dieter Dengler est un pilote germano-américain dont l’avion a été abattu au Laos en 1966 au début de la guerre du Viêtnam. Dengler a été capturé par le Pathet Lao (une organisation politique et paramilitaire) avant de vivre six mois d’emprisonnement et de torture. Le documentaire de Werner Herzog retrace en quatre chapitres l’histoire complètement folle du miraculé. Herzog démarre sur l’homme qui vit au nord de San Francisco dans un grand espace ouvert avec un tas de réserves sous le plancher au cas où… Dengler n’a pas eu de père (il est mort à la guerre) et a grandi dans une Allemagne très pauvre. Enfant, il arrachait le papier peint des maisons bombardées. Sa mère le faisait bouillir pour le manger parce que la colle contenait des éléments nourrissants. Dieter n’avait jamais voulu partir au combat. Il s’était enrôlé parce qu’il voulait voler. Il avait appris à fabriquer des horloges d’église et était devenu forgeron. Et l’aviation allemande n’existant plus, il était parti sans un sou aux États-Unis à 18 ans en ne connaissant que quelques mots d’anglais. Il avait fini par intégrer le corps des Marines. Ce jour de 1966, Dengler a bien essayé de fuir à quatre pattes dans la jungle, mais il s’est fait attraper en voulant traverser une clairière. Il a alors vécu six mois d’enfer. Il a été suspendu par les pieds avec un nid de fourmis sur le visage jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Il a failli mourir noyé dans un puits, s’est fait enfoncer des morceaux de bambous sous les ongles et dans le bras.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Herzog, qui dix ans plus tard adaptera son histoire en fiction (Rescue Dawn, avec Christian Bale), sort des images de famille, des images de bombardement. Il recrée avec le principal intéressé et des habitants locaux les scènes qu’il a vécues. Dengler ne pesait plus que 38 kilos après son sauvetage et son pote Duane s’est fait décapiter sous ses yeux. Le portrait (parfois teinté d’humour malgré l’horreur) d’un mec pour qui ouvrir et fermer une porte symbolise la liberté. “Peu de gens ont conscience du privilège que c’est.

Documentaire de Werner Herzog. A 01h05 sur Arte.

8

Partner Content