Ça a été un carton pour la RTBF: cinq semaines durant, la série 100% belge a attiré aux alentours de 400.000 téléspectateurs, soit une part d'audience de 22,3% en moyenne. Et depuis la fin de sa diffusion, les bonnes nouvelles ne cessent de tomber: un rachat par France 2 d'abord, un accueil chaleureux au MIPTV à Cannes ensuite, une sélection en compétition officielle au festival Séries Mania à Paris enfin. Et aujourd'hui, on apprend que le Marché international des programmes de télévision a permis à la série de séduire la VRT et la RTS, soit les télés publiques flamande et suisse romande.

Ces bonnes nouvelles en seraient vraiment si elles permettaient à l'équipe de La Trêve de poursuivre leur aventure dans des conditions plus sereines financièrement: on rappelle que le budget alloué par la RTBF par épisode n'était que de 250.000 euros, là où les standards de qualité danois visés par les réalisateurs se situaient quatre fois plus haut. Beaucoup de bricolage et une équipe motivée par le projet, prête à travailler au rabais, ont rendu la réalisation de la série possible... Une solution pas exactement viable à moyen ou long terme, mais à laquelle ces rachats internationaux devraient aider à mettre un terme.

Prochaine étape... Un remake américain, comme le suggérait le poisson de Cinevox?

Ça a été un carton pour la RTBF: cinq semaines durant, la série 100% belge a attiré aux alentours de 400.000 téléspectateurs, soit une part d'audience de 22,3% en moyenne. Et depuis la fin de sa diffusion, les bonnes nouvelles ne cessent de tomber: un rachat par France 2 d'abord, un accueil chaleureux au MIPTV à Cannes ensuite, une sélection en compétition officielle au festival Séries Mania à Paris enfin. Et aujourd'hui, on apprend que le Marché international des programmes de télévision a permis à la série de séduire la VRT et la RTS, soit les télés publiques flamande et suisse romande.Ces bonnes nouvelles en seraient vraiment si elles permettaient à l'équipe de La Trêve de poursuivre leur aventure dans des conditions plus sereines financièrement: on rappelle que le budget alloué par la RTBF par épisode n'était que de 250.000 euros, là où les standards de qualité danois visés par les réalisateurs se situaient quatre fois plus haut. Beaucoup de bricolage et une équipe motivée par le projet, prête à travailler au rabais, ont rendu la réalisation de la série possible... Une solution pas exactement viable à moyen ou long terme, mais à laquelle ces rachats internationaux devraient aider à mettre un terme.Prochaine étape... Un remake américain, comme le suggérait le poisson de Cinevox?