Elle en emprunte la gravité brumeuse, l'austérité viciée, le sens du drame individuel fondu dans le moule de l'Histoire. Dans le rôle de l'impératrice Élisabeth de Wittelsbach (Sissi), la Suissesse D...

Elle en emprunte la gravité brumeuse, l'austérité viciée, le sens du drame individuel fondu dans le moule de l'Histoire. Dans le rôle de l'impératrice Élisabeth de Wittelsbach (Sissi), la Suissesse Dominique Devenport allie légèreté et contrition, dans un portrait assez fidèle à l'image commune d'une personnalité au destin tragique. Liée aux bouleversements de l'Empire austro-hongrois sous le règne de son époux François-Joseph Ier, la vie de Sissi reçoit ici un traitement historiquement approximatif, qui privilégie les effets dramatiques au détriment de la subtilité. La réalisation est luxuriante, minutieuse, mais abuse quelque peu du fond vert, sur lequel évoluent des personnages assez monolithiques. Très volontariste dans ses élans narratifs, cette nouvelle mouture qui cède à l'injonction du "moderniser" à tout prix demeure plaisante à regarder.