"Venez investir en France!", haranguait le Premier ministre Manuel Valls, au même titre que son prédécesseur Jean-Marc Ayrault, qui se félicitait de voir arriver 50.000 étudiants chinois sur le sol français. Avec, comme corollaire, le rapatriement "patriotique" d'infos cruciales glanées par les plus zélés d'entre eux... Le documentaire de François Reinhardt nous emmène sur les traces d'un drôle de jeu, celui de l'espionnage industriel et du cyberespionnage. Ou comment la deuxième plus grande puissance mondiale, en passe de passer en tête de la troupe, parvient à capter les technologies des pays concurrents pour les surpasser. Des méthodes que Le dragon a mille têtes, pas le documentaire le plus rassurant du monde -on préfère vous prévenir-, tente de décoder. En s'attachant à quelques cas avérés de vols de technologies et d'espionnage, en France ou aux États-Unis, mais également en décortiquant la façon dont la Chine tente de neutraliser tous ses opposants internes, François Reinhardt nous livre un réquisitoire pour le moins inquiétant.

DOCUMENTAIRE DE FRANÇOIS REINHARDT. ***

Ce mardi 25 octobre à 22h35 sur Arte.

"Venez investir en France!", haranguait le Premier ministre Manuel Valls, au même titre que son prédécesseur Jean-Marc Ayrault, qui se félicitait de voir arriver 50.000 étudiants chinois sur le sol français. Avec, comme corollaire, le rapatriement "patriotique" d'infos cruciales glanées par les plus zélés d'entre eux... Le documentaire de François Reinhardt nous emmène sur les traces d'un drôle de jeu, celui de l'espionnage industriel et du cyberespionnage. Ou comment la deuxième plus grande puissance mondiale, en passe de passer en tête de la troupe, parvient à capter les technologies des pays concurrents pour les surpasser. Des méthodes que Le dragon a mille têtes, pas le documentaire le plus rassurant du monde -on préfère vous prévenir-, tente de décoder. En s'attachant à quelques cas avérés de vols de technologies et d'espionnage, en France ou aux États-Unis, mais également en décortiquant la façon dont la Chine tente de neutraliser tous ses opposants internes, François Reinhardt nous livre un réquisitoire pour le moins inquiétant.