À l'heure où l'on parle de plus en plus d'un confinement qui pourrait se prolonger jusqu'à la distribution d'un vaccin, certains artistes arrivent à mettre des mots ou des images sur la morosité ambiante. Nous en pointons ici quelques-uns qui devraient, à défaut d'éradiquer le virus, mettre un peu de baume au coeur.

Gaëtan Streel - Nous retrouver

Si la musique du Liégeois Gaëtan Streel a souvent flirté avec le côté le plus solaire de la pop, tant sur ses albums solo que dans les nombreux groupes où il a tâté d'un instrument (Dan San, MLCD, Piano Club, Mangrove...), il faut croire que l'année pourrie que nous vivons aura chamboulé jusqu'à sa plume. Avec ce Nous retrouver qui résonne tristement avec l'actualité, il reprend les codes d'une chanson d'amour, mais y exprime au fond sa crainte des effets à long terme de la distanciation physique. Le refrain, aussi robotique qu'enlevé, fait particulièrement mouche: "Loin du corps, près du coeur / Mais te toucher me manque / Je te vois mais mes bras ne t'atteignent pas / (...) J'attendrai, j'attendrai, mais ne tardons pas / J'ai trop peur, j'ai trop peur d'avoir peur de toi / De ta vie, de tes mains, de nos coeurs qui se fendent". L'album Demain, troisième effort solo de Gaëtan Streel, est prévu pour 2021.

Sacha Toorop - Le Futur est plus proche

"Chaos", "tempêtes", "malédictions"...: les visions du futur de Sacha Toorop ne sont pas exactement roses. Le Futur est plus proche a été écrit il y a quelques années que le contexte de crise a poussé l'ex-Zop Hopop à le ressortir des tiroirs. Produit et arrangé par Guillaume Vierset, il est accompagné d'un clip bricolé maison qui accentue encore son aspect claustrophobe.

Electric Château - Don't be so hard on yourself

Dans un registre plus léger, Geoffrey Hautvas (vu chez Vismets, Antoine Chance, Dario Mars, Dallas Explosion...) invite plutôt à positiver sur la situation. Issu de l'album The Weight of the World, tout juste sorti en numérique (mais attendra la réouverture des magasins pour une sortie physique en bonne et due forme), ce titre plein d'humour et d'optimisme qui fait bien écho aux problèmes de 2020. "Don't be so hard on yourself / There's a light at the end / Though you haven't seen it yet" ("Ne sois pas si dur avec toi-même, il y a une lumière au bout du tunnel, même si tu ne l'as pas encore vue"), lance-t-il ainsi. Le vaccin annoncé sur fond de psychédélisme 60's: qui l'eut cru?

Pierres - Le Soir

Il était déjà l'auteur de notre tube du premier confinement. Et si ses chansons décomplexées balancées au compte-gouttes continuent régulièrement à faire mouche, c'est ici plutôt son clip qui nous renvoie à notre quotidien de confinés. À grand renfort de rapts nocturnes qui rappellent nos contacts sociaux brutalement confisqués...

Leopard Skull - Ghost

"Am I going insane? It feels like it..." Solitude et paranoïa sont au menu de ce nouvel extrait du premier album de Harm Pauwels, sorti l'an dernier mais qui fait lui aussi étrangement écho à cette période étrange. Vous le voyez venir, ce futur à la Jeremiah où on porterait tous masque et tuba en lieu et place d'un FFP2?

>> Ces morceaux (ou du moins tous ceux disponibles sur Spotify) font également leur entrée dans notre playlist Radio Focus.

À l'heure où l'on parle de plus en plus d'un confinement qui pourrait se prolonger jusqu'à la distribution d'un vaccin, certains artistes arrivent à mettre des mots ou des images sur la morosité ambiante. Nous en pointons ici quelques-uns qui devraient, à défaut d'éradiquer le virus, mettre un peu de baume au coeur.Gaëtan Streel - Nous retrouverSi la musique du Liégeois Gaëtan Streel a souvent flirté avec le côté le plus solaire de la pop, tant sur ses albums solo que dans les nombreux groupes où il a tâté d'un instrument (Dan San, MLCD, Piano Club, Mangrove...), il faut croire que l'année pourrie que nous vivons aura chamboulé jusqu'à sa plume. Avec ce Nous retrouver qui résonne tristement avec l'actualité, il reprend les codes d'une chanson d'amour, mais y exprime au fond sa crainte des effets à long terme de la distanciation physique. Le refrain, aussi robotique qu'enlevé, fait particulièrement mouche: "Loin du corps, près du coeur / Mais te toucher me manque / Je te vois mais mes bras ne t'atteignent pas / (...) J'attendrai, j'attendrai, mais ne tardons pas / J'ai trop peur, j'ai trop peur d'avoir peur de toi / De ta vie, de tes mains, de nos coeurs qui se fendent". L'album Demain, troisième effort solo de Gaëtan Streel, est prévu pour 2021.Sacha Toorop - Le Futur est plus proche"Chaos", "tempêtes", "malédictions"...: les visions du futur de Sacha Toorop ne sont pas exactement roses. Le Futur est plus proche a été écrit il y a quelques années que le contexte de crise a poussé l'ex-Zop Hopop à le ressortir des tiroirs. Produit et arrangé par Guillaume Vierset, il est accompagné d'un clip bricolé maison qui accentue encore son aspect claustrophobe. Electric Château - Don't be so hard on yourselfDans un registre plus léger, Geoffrey Hautvas (vu chez Vismets, Antoine Chance, Dario Mars, Dallas Explosion...) invite plutôt à positiver sur la situation. Issu de l'album The Weight of the World, tout juste sorti en numérique (mais attendra la réouverture des magasins pour une sortie physique en bonne et due forme), ce titre plein d'humour et d'optimisme qui fait bien écho aux problèmes de 2020. "Don't be so hard on yourself / There's a light at the end / Though you haven't seen it yet" ("Ne sois pas si dur avec toi-même, il y a une lumière au bout du tunnel, même si tu ne l'as pas encore vue"), lance-t-il ainsi. Le vaccin annoncé sur fond de psychédélisme 60's: qui l'eut cru?Pierres - Le SoirIl était déjà l'auteur de notre tube du premier confinement. Et si ses chansons décomplexées balancées au compte-gouttes continuent régulièrement à faire mouche, c'est ici plutôt son clip qui nous renvoie à notre quotidien de confinés. À grand renfort de rapts nocturnes qui rappellent nos contacts sociaux brutalement confisqués... Leopard Skull - Ghost"Am I going insane? It feels like it..." Solitude et paranoïa sont au menu de ce nouvel extrait du premier album de Harm Pauwels, sorti l'an dernier mais qui fait lui aussi étrangement écho à cette période étrange. Vous le voyez venir, ce futur à la Jeremiah où on porterait tous masque et tuba en lieu et place d'un FFP2?