Avec ses 13.773.104 vues sur la plateforme YouTube, le nouveau clip Burn the Witch de Radiohead a séduit de nombreux fans, en 15 jours seulement. Le groupe britannique avait alors fait appel à un comité d'artistes pour réaliser les personnages qui illustrent aujourd'hui le premier extrait de son neuvième album A Moon Shaped Pool. De petits personnages, en pâte à modeler et au graphisme rond, qui ressemblent trait pour trait à ceux imaginés par Gordon Murray pour son dessin animé Trumpton. Si ce dessin animé n'évoque pas grand-chose en Belgique, il était en Grande-Bretagne l'un des plus célèbres à l'époque de sa diffusion sur la BBC, dans les années 60. Problème: aucune autorisation ne semble avoir été demandée pour l'imitation stylistique des personnages.

Pour rappel, le clip Burn the Witch met en scène les habitants d'un petit village, en apparence paisible et sympathique, qui vont accueillir un nouvel habitant pour ensuite le piéger et le sacrifier. Un clip qui, au-delà de son clin d'oeil à la scène finale du film The Wicker Man, réalisé en 1973 par Robin Hardy, tend à critiquer la société occidentale. En effet, cet extrait serait en réalité inspiré de la crise des migrants qui touche l'Europe. Ainsi Virpi Kettu, l'animatrice du clip, a déclaré dans une interview accordée à Billboard, que les membres du groupe "voulaient une vidéo qui contraste avec ce qu'ils jouent, pour réveiller les gens, en quelque sorte".

Un graphisme naïf, des personnages sans bouche et animés de manière caricaturale, ou encore le script qui met en scène un village en apparence tranquille. Plusieurs similitudes ont été observées entre le clip et l'univers du dessin animé Trumpton. Des ressemblances qui ne plaisent pas du tout à la famille de Gordon Murray, créateur et animateur de la série animée. En témoigne la réaction de William Mollett, le beau-fils de Murray, dans une interview accordée au Daily Mail: "Radiohead aurait dû demander notre consentement vis-à-vis de ce que nous considérons comme un ternissement de notre marque." Si à l'heure actuelle aucune plainte officielle n'a encore été déposée, William Mollett a déclaré que sa famille et lui étaient en train de décider de ce qu'ils allaient faire.

Avec ses 13.773.104 vues sur la plateforme YouTube, le nouveau clip Burn the Witch de Radiohead a séduit de nombreux fans, en 15 jours seulement. Le groupe britannique avait alors fait appel à un comité d'artistes pour réaliser les personnages qui illustrent aujourd'hui le premier extrait de son neuvième album A Moon Shaped Pool. De petits personnages, en pâte à modeler et au graphisme rond, qui ressemblent trait pour trait à ceux imaginés par Gordon Murray pour son dessin animé Trumpton. Si ce dessin animé n'évoque pas grand-chose en Belgique, il était en Grande-Bretagne l'un des plus célèbres à l'époque de sa diffusion sur la BBC, dans les années 60. Problème: aucune autorisation ne semble avoir été demandée pour l'imitation stylistique des personnages.Pour rappel, le clip Burn the Witch met en scène les habitants d'un petit village, en apparence paisible et sympathique, qui vont accueillir un nouvel habitant pour ensuite le piéger et le sacrifier. Un clip qui, au-delà de son clin d'oeil à la scène finale du film The Wicker Man, réalisé en 1973 par Robin Hardy, tend à critiquer la société occidentale. En effet, cet extrait serait en réalité inspiré de la crise des migrants qui touche l'Europe. Ainsi Virpi Kettu, l'animatrice du clip, a déclaré dans une interview accordée à Billboard, que les membres du groupe "voulaient une vidéo qui contraste avec ce qu'ils jouent, pour réveiller les gens, en quelque sorte".Un graphisme naïf, des personnages sans bouche et animés de manière caricaturale, ou encore le script qui met en scène un village en apparence tranquille. Plusieurs similitudes ont été observées entre le clip et l'univers du dessin animé Trumpton. Des ressemblances qui ne plaisent pas du tout à la famille de Gordon Murray, créateur et animateur de la série animée. En témoigne la réaction de William Mollett, le beau-fils de Murray, dans une interview accordée au Daily Mail: "Radiohead aurait dû demander notre consentement vis-à-vis de ce que nous considérons comme un ternissement de notre marque." Si à l'heure actuelle aucune plainte officielle n'a encore été déposée, William Mollett a déclaré que sa famille et lui étaient en train de décider de ce qu'ils allaient faire.