Est-il encore utile de rappeler que, dans la période difficile que nous traversons, le secteur culturel fait partie des plus gravement touchés, les artistes se voyant privés de leur principale activité et source de revenus? Qu'à cela ne tienne: si beaucoup doivent se serrer la ceinture, les élans de générosité sont nombreux et prennent des formes diverses et variées, montrant que le secteur peut tant faire preuve de résilience que de débrouillardise.
...

Est-il encore utile de rappeler que, dans la période difficile que nous traversons, le secteur culturel fait partie des plus gravement touchés, les artistes se voyant privés de leur principale activité et source de revenus? Qu'à cela ne tienne: si beaucoup doivent se serrer la ceinture, les élans de générosité sont nombreux et prennent des formes diverses et variées, montrant que le secteur peut tant faire preuve de résilience que de débrouillardise.Nouvel exemple ce week-end avec le Home Cooked Live Stream Music Festival, qui réunira un joli line-up (The Feather, Nicolas Michaux, Alaska Gold Rush, YellowStraps, Turner Cody, Judith Kiddo, Jeremy Walch et Bimbo Delice) autour de Great Mountain Fire qui a initié le projet. Nous avons discuté de ce festival "éclectique et technologiquement ambitieux", qui reversera ses bénéfices à la Fédération belge des banques alimentaires, avec la voix des principaux intéressés, entre deux sessions d'"école à la maison". C'est quoi, la genèse du projet?Thomas de Hemptinne: Comme tout le monde, on fait des réunions Skype toutes les semaines, pour se retrouver, parler avec le groupe, le management. On a sorti une série de vidéos de Great Mountain Fire, faites à la maison. L'idée, c'est de continuer à jouer, d'être dans ce plaisir personnel. On a l'habitude de répéter toutes les semaines, ça fait vraiment partie de notre bien-être. De fil en aiguille, on s'est dit "pourquoi ne pas faire un live?" Comment avez-vous construit le line-up ce "festival"?Lors d'une réunion à 5, chacun a donné des noms. On ne s'est pas donné de guideline, à part de ne pas être mégalo: on n'avait pas de critères pour choisir les artistes. Chacun jouera trois morceaux, on voulait que ça soit un vrai set, pas juste une représentation comme pour le Together at Home de Lady Gaga. Rassembler des gens une soirée devant deux heures de concert, qu'on ait l'occasion de rentrer dedans. Les artistes, c'est des gens qui ont une actualité, qui veulent montrer quelque chose d'un peu exclusif, des morceaux qui ne sont pas forcément sortis. On aurait pu demander à de plus gros artistes, mais on avait cette volonté de rester dans un truc assez local, petit, en contact direct. Des gens qui avaient envie de le faire parce qu'ils avaient des choses maintenant. Ça leur sert, on n'a pas choisi de "gros noms" qui donneraient bien sur l'affiche. L'idée, c'est de rester assez low-key. D'avoir des vrais groupes, qui jouent ensemble. L'événement sera éphémère?L'idée, c'est vraiment un one-shot: la vidéo ne va pas rester après. C'est du live dans l'idée qu'on ne coupe pas entre les prises, et qu'on enregistre tout d'une traite. Chaque live est préenregistré: il n'y a pas le choix. En contactant les groupes, on leur a demandé s'ils voulaient co-réaliser le truc. Chaque groupe va diffuser la vidéo, on n'est pas sur la défense du nom d'un festival: c'est partagé, c'est ouvert, il n'y a aucun partenaire commercial. On n'allait pas faire ça pour une radio, par exemple: ce sera juste pour nous, pour notre public. Pour être là avec les gens. Ça reste assez humble dans l'idée.Qu'est-ce qui démarque Home Cooked des autres sessions confinées?On est vite un peu perdus dans tous ces lives, parce qu'il y en a beaucoup. Là, le public de l'un va découvrir l'autre, mais qui est assez proche, géographiquement, esthétiquement. On a déjà joué avec tous ces artistes, on les a vus parfois naître. The Feather par exemple, on avait joué avec eux aux Nuits du Bota... Pour son événement, Lady Gaga avait lancé un appel aux dons. Le Livestream Festival lancé en Flandre par le collectif Artists Unlimited a quant a lui vendu des tickets, au profit des artistes et des salles. Chez vous, ça sera gratuit? On a d'abord pensé à instaurer un prix libre, et partager les revenus entre tous les artistes, qui pouvaient éventuellement en faire don à une association. Mais après discussion, les bénéfices récoltés tout au long du live seront restitués à la Fédération belge des banques alimentaires, qui lutte contre la faim et le gaspillage de vivres et convainc les épiceries de donner les surplus au lieu de les jeter.Y aura-t-il d'autres éditions du Home Cooked si ça marche bien?C'est un one shot, mais on reste complètement ouvert à ce qui pourrait se passer après. On ne sait pas comment le déconfinement va se passer. D'ici au mois de juin, il y aura peut-être des choses possibles à l'extérieur, avec un petit nombre de personnes. De toute façon, on est obligés de penser quotidien, pour l'instant.