Elle aurait dû normalement être en pleine promo de son nouvel album. Programmée le 10 avril, la sortie de Chromatica a toutefois été reportée à l'automne, pour cause de coronavirus. Entre-temps, Lady Gaga s'est trouvé une autre occupation: organiser le grand concert global que la pandémie "réclamait".
...

Elle aurait dû normalement être en pleine promo de son nouvel album. Programmée le 10 avril, la sortie de Chromatica a toutefois été reportée à l'automne, pour cause de coronavirus. Entre-temps, Lady Gaga s'est trouvé une autre occupation: organiser le grand concert global que la pandémie "réclamait".Baptisé One World: Together At Home, l'événement démarrera samedi soir, à 20h, par un préshow (?) de six heures, suivi d'une émission spéciale de deux heures supplémentaires. Il sera diffusé sur la plupart des plateformes de streaming, mais aussi à la télévision (en Belgique, Plug RTL a pris le relais). L'affiche rassemble le gratin de la pop mondiale, toutes générations confondues. De Paul McCartney à Billie Eilish, en passant par Stevie Wonder, Pharrell Williams, Chris Martin (Coldplay), la superstar nigériane Burna Boy, la Française Christine & The Queens ou encore Angèle (!). Présentés par trois animateurs-vedettes de late show américains (Jimmy Fallon, Jimmy Kimmel et Stephen Colbert), les lives seront entrecoupés de témoignages de spécialistes et de soignants. Comme le veut la règle dans ce genre d'exercice, l'événement se veut apolitique. Dans les faits, il reste toutefois organisé sous l'égide de l'ONG Global Citizen et surtout de... l'OMS, qui, pour rappel, est devenue la dernière cible préférée du président Trump...Au fil du temps, depuis le Concert For Bangladesh organisé par le Beatle George Harrison en 1971 jusqu'au fameux Live Aid de 1985 (et son édition anniversaire vingt ans plus tard), les concerts de charité sont devenus un genre en soi. La tentation est d'ailleurs grande de faire du Together at Home le nouveau Live Aid. L'analogie a toutefois ses limites...D'abord parce que les concerts de samedi n'ont pas pour objectif de récolter des fonds. En l'occurrence, Lady Gaga - dont on pourra difficilement contester l'engagement - a déjà signé un chèque conséquent: en faisant chauffer son carnet d'adresses, elle a réussi à rassembler quelque 35 millions de dollars en une semaine, provenant principalement de philanthropes et patrons de multinationales. Samedi, l'accent sera donc mis avant tout sur la sensibilisation et l'hommage aux soignants qui se trouvent en première ligne. "Rangez vos portefeuilles, a insisté la chanteuse, Stefani Germanotta de son vrai nom. Asseyez-vous et profitez du show que vous méritez tous. Vous vous mettez en danger pour venir en aide aux autres et nous voulons vous saluer pour cela."Ensuite, par la force des choses, le Together at Home n'aura pas grand-chose à voir avec les grand-messes musicales qui ont pu marquer les esprits jusqu'ici. Pas de stade comble, pas de foules dispersées aux quatre coins du globe. Cette fois, chaque artiste a préenregistré sa performance depuis son lieu de confinement, en se filmant probablement avec autre chose que son smartphone mais sans pour autant se lancer dans de grosses productions. Interrogé par Variety, le patron de l'ONG Global Citizen expliquait d'ailleurs: "Pour être honnête, on ne veut pas rendre cela plus professionnel. Nous pensons qu'il faut garder le ton juste, ce qui n'est pas une question de moyens de production. Tout le monde comprend que les gens chantent depuis chez eux." En quelque sorte, le Together at Home est un peu le point culminant d'une pratique qui a pullulé depuis le début du confinement: celle d'artistes qui, bon gré, mal gré, trouvent dans les réseaux sociaux et les plateformes vidéo une fenêtre que la fermeture des salles de concert ne leur offre plus. Dès le 16 mars, la même ONG Global Citizen a d'ailleurs lancé son livestreaming quotidien, inauguré par Chris Martin et John Legend. Dans le genre, Elton John - également à l'affiche ce week-end - avait d'ailleurs déjà mis sur pied son propre festival caritatif: le 29 mars, le iHeart Living Room Concert For America avait déjà récolté quelque 10 millions de dollars. Alors que la crise est mondiale, les initiatives ne manquent donc pas. Comme son nom l'indique, One World: Together At Home se pose cependant comme LE concert qui marquera le confinement. Celui qui aura réussi à faire vibrer la même fibre planétaire que ses prédécesseurs. En 1985, le Live Aid de Bob Geldof avait ainsi rassemblé, selon certaines estimations, jusqu'à 1,9 milliard de spectateurs devant leur télévision (sur une population mondiale qui, à l'époque, dépassait à peine 4,8 milliards de personnes). Combien seront-ils devant leur écran samedi soir?... En cela, le Together at Home préfigure peut-être une autre forme d'événement caritatif. L'ONG Global Citizen avait pourtant prévu un grand concert en septembre prochain. Réparti sur quatre continents différents, le plateau international intitulé Global Goal Live était censé marquer une étape dans l'objectif d'éradication de l'extrême pauvreté dans le monde, d'ici 2030. Jusqu'à présent, l'événement est maintenu. Dans le cas où il aura en effet lieu, son impact risque cependant d'être très différent de celui escompté. Dans un premier spot, le Global Goal Live était mis en parallèle avec le Live Aid: "Maintenant, c'est notre tour. C'est le moment de notre génération." Le Covid 19 en a probablement décidé autrement...