La guitare taille ses brumes synthétiques dans le gras, si l'on peut dire, d'un jazz qui n'a pas grand-chose comme cholestérol. Davantage une section rythmique creusant autant d'embranchements magnétiques que de propositions de jeu, avec tout un éventail de cymbales en donneurs d'alerte. Notamment pour que le sax ténor ouvre à son tour des boulevards au Commandant Cuillère, quatre garçons -bientôt- dans le vent. Le guitariste, Florent Jeunieaux, 26 ans: "Ce qui me plaît, c'est de ne pas sonner comme une guitare, voir comment je peux imiter quelque chose qui n'est pas faisable en principe avec mon instrument. Pierre amène la partition et le groupe, ses couleurs. Ce n'est pas pour rien qu'on a été pris sur la compilation de Lefto avec un concert à l'AB à la clé(1), on est jazz mais on a envie d'aller vers un autre public, pas forcément celui qui s'assied en adorant les solos." Le Pierre, c'est Spataro, initiateur de la formation en avril 2018, et auteur des "squelettes de compositions amenés aux trois autres qui font la mise en chair collective (...) C'était devenu une nécessité personnelle de jouer ma musique, un...