Le festival québécois Elektra était ainsi le grand invité de cette deuxième édition, avec une série d'installations et autres créations audiovisuelles. De nouvelles oeuvres d'artistes belges comme Koen Vanmechelen ont également été exposées.

Côté musique, les têtes d'affiche, Jon Hopkins, Modeselektor et les pionniers du mouvement techno Juan Atkins et Mortiz von Oswald, ont enflammé la salle Henry Le Bouf vendredi et samedi.

"Je trouve cela fantastique qu'un public si hétéroclite puisse se sentir à l'aise au Palais des Beaux-Arts", a souligné Paul Dujardin, directeur général de BOZAR.

Le festival québécois Elektra était ainsi le grand invité de cette deuxième édition, avec une série d'installations et autres créations audiovisuelles. De nouvelles oeuvres d'artistes belges comme Koen Vanmechelen ont également été exposées. Côté musique, les têtes d'affiche, Jon Hopkins, Modeselektor et les pionniers du mouvement techno Juan Atkins et Mortiz von Oswald, ont enflammé la salle Henry Le Bouf vendredi et samedi. "Je trouve cela fantastique qu'un public si hétéroclite puisse se sentir à l'aise au Palais des Beaux-Arts", a souligné Paul Dujardin, directeur général de BOZAR.