"No Treasure But Hope"

" Cinq semaines entre les premières notes enregistrées et le mastering", se réjouissait Stuart Staples quant à la durée de fabrication de No Treasure but Hope ( lire aussi page 18). Si le onzième album des Tindersticks devait à ses yeux capturer, refléter son énergie et son intensité sur scène, le groupe originaire de Nottingham n'y perd assurément rien de sa classe et de sa redoutable finesse. Avec sa voix toujours aussi profonde et désarmante, du genre à réchauffer les coeurs et faire couler les larmes, Staples guide un disque aux arrangements délicats qui récupère les âmes perdues comme un phare sauve les bateaux de la tempête. Une petite merveille dont seul les Tindersticks détiennent le précieux secret. Un disque intime à partager.

Distribué par City Slang/Konkurrent.

8