Néjib poursuit le récit des aventures de Swan et de son frère Scottie aux Beaux-Arts de Paris. L'étau se resserre autour de la jeune femme déguisée en homme, costume qui lui permet d'intégrer la célèbre institution impériale alors uniquement accessible aux mâles. Admiré(e) par ses professeurs, il/elle attise la jalousie des ses camarades de classe: Swan est pressenti(e) pour ...

Néjib poursuit le récit des aventures de Swan et de son frère Scottie aux Beaux-Arts de Paris. L'étau se resserre autour de la jeune femme déguisée en homme, costume qui lui permet d'intégrer la célèbre institution impériale alors uniquement accessible aux mâles. Admiré(e) par ses professeurs, il/elle attise la jalousie des ses camarades de classe: Swan est pressenti(e) pour participer au prestigieux Prix de Rome. La concurrence est rude, tous les coups sont permis et certains se doutent de la supercherie. De son côté, Scottie a abandonné son apprentissage et part à la recherche de Roqueplan, son ancien amant disparu. Il le retrouvera en dehors de Paris où il s'est mis à peindre dans la nature, au grand dam de la tradition. L'auteur réussit le tour de force de mélanger de manière très naturelle personnages réels et fictionnels. Il en introduit par ailleurs un nouveau -et non des moindres- en la personne de Claude Monet, fraîchement débarqué du Havre. N'ayant pu intégrer la célèbre école, il doit se contenter de peindre dans des ateliers plus modestes et bondés où, avant de pouvoir se faire une place au Panthéon, il faut en trouver une entre le poêle et le modèle. Pour les autres déjà rencontrés, ils poursuivent leur petit bonhomme de chemin: Edgar (Degas) va peindre les petits rats de l'Opéra en pleine répétition, Édouard (Manet) se passionne pour les sujets espagnols, et Constant (Troyon) peint des vaches d'après nature dans son atelier! Néjib a trouvé sa vitesse de croisière. On est autant passionné par le récit de Swan et Scottie dont les déboires se sont complexifiés, que par cette période de l'Histoire de l'art qui voit naître l'art moderne. Par petites touches, l'auteur sème à travers l'histoire des petits indices révélateurs de la révolution artistique à venir, comme la photographie... ou le tube de peinture.