Le Blueberry de Sfar et Blain (lire ci-contre) n'est de l'iceberg que le sommet: la fin de l'année BD sera donc riche en reprises et réinterprétations des classiques. Mais cette dernière ligne droite brille aussi par le nombre de Belges qui en prennen...

Le Blueberry de Sfar et Blain (lire ci-contre) n'est de l'iceberg que le sommet: la fin de l'année BD sera donc riche en reprises et réinterprétations des classiques. Mais cette dernière ligne droite brille aussi par le nombre de Belges qui en prennent le départ: Luc Cromheecke avec Le Jardin de Daubigny, Judith Vanistendael et ses Deux vies de Pénélope, Simon Spruyt et son Élégie pour un âne, Feroumont et son Royaume, même David De Thuin qui réédite son Roi des bourdons... Du beau monde bien de chez nous et de très beaux albums en perspective. Mais seul Pieter De Poortere, déjà porté aux nues ici pour son Dickie s'affiche dans les deux catégories avec son album de Mickey: après Loisel, Cosey, Tébo, Trondheim et quelques autres happy few, De Poortere est le premier Belge à se voir confier le temps d'un album la super-marque de Disney, dans lequel des cacahuètes magiques transforment la souris la plus célèbre du monde en "Super Mickey", pour rattraper les gaffes de Super Dingo. Le trait rond et le ton à la fois muet et très provocateur de l'auteur flamand ne perdent rien de leur mordant dans l'aventure; ils en font au contraire l'un des albums les plus vifs et drôles de cette fin d'année surchargée.