Ce n'est certes pas l'affiche de cette 21e Coupe du monde mais l'heure est ici au coup d'envoi d'un mois à vivre, manger, boire (surtout boire) et dormir football. Certains semblent déjà lassés, gavés, exaspérés par l'omn...

Ce n'est certes pas l'affiche de cette 21e Coupe du monde mais l'heure est ici au coup d'envoi d'un mois à vivre, manger, boire (surtout boire) et dormir football. Certains semblent déjà lassés, gavés, exaspérés par l'omniprésence et l'obsession du ballon rond. Les analyses d'expert et les conversations de comptoir. On les comprend presque en auscultant l'énorme dispositif mis en place par la RTBF. Soixante-quatre matches en direct, de la télé, de la radio, du web, des réseaux sociaux. Entre les rencontres, le magazine quotidien Place Diables Rouges présenté par Benjamin Deceuninck (de 19 à 20h) et le débriefing de la journée écoulée Le Grand Bistro, la RTBF proposera un maga d'environ 6 minutes à chaque JT. Des nouveautés? Thierry "Hallyday" Luthers transféré aux commentaires télé, un studio modernisé (décors virtuels, réalité augmentée) ou encore un reporter 360 ° (Lancelot Meulewaeter, l'oeil de Moscou) qui partira entre autres à la rencontre de la communauté gay et du hip-hop underground russes. Courage à celles et ceux que le foot laisse indiférents, c'est parti jusqu'au 15 juillet.