" Album que j'ai trouvé fort sage", nous dit un collègue, un peu comme si on lui proposait de lécher un vieux Boney M jusqu'à la couenne ou de programmer plusieurs nuits de suite l'intégrale de Toto à Guantanamo. Ah mais on peut comprendre les éventuels travers de la proposition, comme l'intro de guitare flamenco pour touristes avinés de Foot Track Magic et, de manière plus générale, une sonorité pompée sur les sixties/seventies soul, lourdée d'orchestrations qui ne reculent devant aucun violon carnivore. Voire, plus bizar...