Une manière de faire connaissance avec le Liban et sa culture est d'y goûter sa cuisine. Une autre est d'y goûter son humour. Pour la première option, rien de plus facile que de pousser la porte d'un des nombreux restaurants du pays du cèdre de notre bonne vieille capitale. Pour la deu...

Une manière de faire connaissance avec le Liban et sa culture est d'y goûter sa cuisine. Une autre est d'y goûter son humour. Pour la première option, rien de plus facile que de pousser la porte d'un des nombreux restaurants du pays du cèdre de notre bonne vieille capitale. Pour la deuxième, les éditions Actes Sud viennent de publier un recueil d'histoires de l'humoriste/musicien libanais Mazen Kerbaj. Par contre, le sourire de façade du patron de resto susmentionné risque fort de se transformer en une crispation zygomatique. Outre les questions contemporaines telles l'écologie, l'immigration et la politique, également abordées par les humoristes occidentaux, l'oeuvre du Libanais est traversée par les questions de liberté d'expression propres à son pays. La couverture de sa dernière BD résume à elle seule le propos de l'auteur: un personnage y détourne la célèbre citation de Descartes par un "Je pense donc je ne suis plus",... se faisant décapiter en quatrième de couverture. Militaire, journaliste, chauffeur de taxi, islamiste et surtout classe moyenne passent à la moulinette acerbe du pamphlétaire. Politique est une compilation des histoires drôles à l'humour grinçant de la politique du pays de ces dix dernières années. Espérons qu'il puisse continuer sur cette voie encore longtemps sans terminer derrière des barreaux comme nombre de ses personnages.