Surexploité en publicité, le Tilt-Shift épargnait jusqu'ici l'univers du gaming. Ce flou artistique qui transforme une photo de paysage réel en maquette évite pourtant tout poncif créatif sur Octopath Traveler. Ce jeu de rôle au tour par tour s'empare de cet effet pour rénover la plastique redondante du pixel art 16 bits. Explorant les fondations des J-RPG, la production ...

Surexploité en publicité, le Tilt-Shift épargnait jusqu'ici l'univers du gaming. Ce flou artistique qui transforme une photo de paysage réel en maquette évite pourtant tout poncif créatif sur Octopath Traveler. Ce jeu de rôle au tour par tour s'empare de cet effet pour rénover la plastique redondante du pixel art 16 bits. Explorant les fondations des J-RPG, la production des créateurs de Bravely Default transcende toutefois très vite son statut de bel objet néo-vintage. Comme le sous-entend son titre, Octopath Traveler demande de choisir un héros parmi huit personnages aux destinées souvent tragiques: une danseuse de cabaret exploitée et dépossédée de sa fortune, un chevalier déchu devenu prof dans un village, un apothicaire orphelin qui peine à quitter son village... Choisir une ligne de vie n'éclipse pourtant pas les autres. Primrose, Olberic, Alfyn... Chacune des huit destinées croisera en effet le chemin des autres. Autant de nouvelles rencontres se soldant par des flash-back jouables. Gare au vertige. Octopath Traveler cultive des clichés du J-RPG entre amitié et vengeance, mais sa multiplicité de points de vue donne de l'espace à ses créateurs. Volontiers shakespearien, ce titre aux graphismes kawaii cache des histoires sordides de morts cruelles et d'esclavage sexuel scabreux. Malin, sombre et attachant, le jeu aux airs de film choral déploie un gameplay imparable. Les affrontements vus de profil demandent ainsi de percer, avec certaines armes, la défense de l'adversaire avant de lui infliger des dégâts conséquents. D'un système de combo totalement addictif au recrutement temporaire de personnages non-joueurs dans son équipe, les bonnes idées défilent. Le temps aussi. Final Fantasy VI n'aurait pas fait mieux. Un futur classique, donc.