Il se rongeait les ongles de pied, a immolé son singe domestique sur l'autel de son travail de fin d'études et, d'éducation catholique, a fait scandale en photographiant des fist-fucking et des petits doigts enfoncés dans des pénis... " Je veux voir le diable en chacun de nous, c'est ce qui m'excite le plus" , avait écrit Robert Mapplethorpe à l'un de ses nombreux amants... Homosexuel notoire, mort du sida à seulement 42 ans, le New-Yorkais qui faisait de ses conquêtes et de ses pratiques sado-masochistes le sujet de son oeuvre, a aboli les frontières entre l'intime et l'art, et imposé une sexualité crue dans l'art contemporain. " Pour faire partie de son monde, il fallait être riche, célèbre ou coucher" , commente l'un de ses modèles... Tout, absolument tout chez Mapplethorpe était un instrument au service de sa carrière. Le documentaire de Fenton Bailey et de Randy Barbato brosse le portrait du sulfureux photographe, jadis compagnon de Patti Smith (ils ont vécu ensemble au Chelsea Hotel, il a signé la pochette d' Horses). Son frère Edward, la cinéaste et pote Sandy Daley, sa biographe et ses nombreuses conquêtes racontent un homme à l'ambition débordante, qui fixait sa vie sur pellicule. Un type aux multiples facettes qui considérait la photo comme un art mineur et snob, mais lui a insufflé une vision singulière et outrancière. Fascinant.

Documentaire de Fenton Bailey et de Randy Barbato.

7