"Ce personnage de Lucky Luke me suit (Antoine de Caunes l'a doublé en dessin animé, NDLR). J'ai pour lui de la sympathie, il me fait marrer. À l'époque de Morris et Goscinny, j'adorais cette espèce d...

"Ce personnage de Lucky Luke me suit (Antoine de Caunes l'a doublé en dessin animé, NDLR). J'ai pour lui de la sympathie, il me fait marrer. À l'époque de Morris et Goscinny, j'adorais cette espèce de nonchalance. C'est comme un vieux compagnon. Et j'aime beaucoup l'idée de se saisir d'un personnage comme celui-là et d'en faire autre chose, de le faire bifurquer... Comme Émile Bravo le fait avec Spirou. Je suis plus sensible à ça, voir quelqu'un continuer dans les mêmes marques. Comme le Blueberry de Blain qui est remarquable. Arriver derrière Giraud, il faut y aller. En plus, c'est un exercice libre. Ils n'ont pas eu le cahier des charges pour rester dans la trame. C'est difficile quand même de devoir passer après Morris et Goscinny. Surtout Goscinny... C'est pour ça que le Lucky Luke de Bonhomme qui n'ose pas approcher les filles, qui se fait envahir par l'effroi... J'ai trouvé ça très bon. Et j'aime beaucoup le dessin de Bonhomme."