On n'a pas tous les jours 30 ans. Surtout pour un label rock. Pour fêter ça, Pias a donc mis les petits plats dans les grands avec une nouvelle édition de ses Pias Nites. Une grosse bamboule à double détente, les 16 et 17 février. La 1re salve sera ainsi consacrée au volet pop/rock, avec quelques solides clients. Comme par exemple Daan -héros local multiplatiné, héros d'un neo-crooning pop et tongue in cheek, Tom Smith -en congé des Editors pour une petite virée solo...

On n'a pas tous les jours 30 ans. Surtout pour un label rock. Pour fêter ça, Pias a donc mis les petits plats dans les grands avec une nouvelle édition de ses Pias Nites. Une grosse bamboule à double détente, les 16 et 17 février. La 1re salve sera ainsi consacrée au volet pop/rock, avec quelques solides clients. Comme par exemple Daan -héros local multiplatiné, héros d'un neo-crooning pop et tongue in cheek, Tom Smith -en congé des Editors pour une petite virée solo-, Agnes Obel -carton 2011-, et Mogwai -les Ecossais soniques ou l'assurance de faire définitivement un sort à la sonorisation caverneuse de Tour &Taxis. Mais c'est encore l'affiche du lendemain qui a le plus de gueule. Pour sa soirée électro, Pias a convoqué une impressionnante série de poids lourds. Sans surprise ni réelle exclusivité certes, mais à tout le moins imparable. Dans le désordre, on attend notamment M83 -l'un des tubes de 2011-, Etienne de Crécy -héros historique de la French Touch-, Modeselektor -impeccables lors de leur dernier passage au Bozar-, Laurent Garnier -le parrain de la scène techno française, toujours aussi curieux et survolté-, et last but not least: les 2ManyDJ's, gloire nationale, qui cartonnent toujours autant à l'export et qui présenteront pour la dernière fois en Belgique leur show multimédia ( Under The Cover, animant sur grand écran les pochettes des disques joués). Avec un tel panel, Pias propose l'un des principaux événements live de l'hiver, ni plus ni moins. Et consacre un peu plus sa volonté de travailler sa marque tout en s'ouvrant à de nouveaux métiers. Jusqu'il y a peu, le business du label indépendant se bornait en effet à la signature et à la distribution d'artistes. La crise est toutefois passée par là. La chute des ventes de CD a poussé de plus en plus de maisons de disque à revoir leur modèle économique. Par exemple en prenant désormais une part sur les revenus live de leurs artistes (quand auparavant, elles les finançaient avec des "tour support"). Ou encore, comme Pias, en se transformant carrément en organisateur de concerts. Quitte à faire grincer les dents des acteurs traditionnels du live... " Sans doute, avoue Damien Waselle. Mais après tout, Live Nation ne s'est-elle pas elle-même mise à signer des artistes comme Madonna?"... u LES 16 ET 17/02, À TOURS & TAXIS, BRUXELLES. u WWW.PIASNITES.COM L.H.