Les héros ne meurent jamais. Forcément, on n'arrête pas de les réanimer. Prenez au hasard Marilyn Monroe. Morte le 5 août 1962 par ingestion massive de barbituriques, l'actrice mémorable de Certains l'aiment chaud renaît régulièrement depuis. En chanson (Rihanna, Pharrell Williams ou Claude Nougaro), en peinture (Andy Warhol, Salvador Dali ou Peter Blake), en images animées (My Week with Marilyn de Simon Curtis, en attendant le biopic télé en gestation sur la chaîne américaine Lifetime) ou en mots (le définitif Blonde de Joyce Carol Oates, le non moins définitif Marilyn, dernières séances de Michel Schneider, ou aujourd'hui encore le moins indispensable mais toutefois original Marilyn, Naissance année zéro de Véronique Bergen, lire page 37). Pareil pour Elvis, Michael Jackson, Hercule ou pour le roi des cadavres bien-portants, Jésus. Pas plus tard que le 17 décembre ...