Pistons et fleurons avec leur pote John Dwyer (Thee Oh Sees) du rock californien, Ty Segall et Tim Presley sortaient déjà en 2012 un premier disque commun. Psychédélique à souhait, Hair se droguait avec un Syd Barrett énervé et Joy, son successeur, flirte aujourd'hui à nouveau avec le cerveau cramé de l'ex-Pink Floyd. Pendant ces six ans, Segall n'a cessé de se réinventer. Enchaînant les disques et les collaborations (Fuzz, Goggs) à une cadence infernale, l'hyperactif voyage au gré de ses envies sans autre plan de carrière que d'assouvir une inextinguible soif de création. Q...