DE MICHELA MURGIA, ÉDITIONS DU SEUIL, TRADUIT DE L'ITALIEN PAR NATHALIE BAUER, 272 PAGES.
...

DE MICHELA MURGIA, ÉDITIONS DU SEUIL, TRADUIT DE L'ITALIEN PAR NATHALIE BAUER, 272 PAGES. 9 D'un côté, Eleonora, la comédienne renommée, 38 ans, sans enfants, habituée à façonner des jeunes prometteurs en devenir; face à elle, Chirù, la vingtaine, brillant étudiant en violon, paré d'une aura machiavélique engendrée par une jeunesse qui n'a rien à perdre. Un lien les unit, une même "odeur de pourriture". Dix-sept leçons seront nécessaires pour que l'un des deux perde la face. Les jeux sont ouverts: sera-ce le jeune rebelle qui rêve de grandeur ou "la" Pygmalion avec "sa morgue inhérente à l'enseignement"? Eleonora semble hésitante; si elle a réussi auparavant à modeler deux autres étudiants, le troisième a cependant choisi la Faucheuse comme compagne. Ici encore, avec Chirù, elle ne parvient pas à maîtriser l'équilibre fragile entre ses rôles de "mère, maîtresse et professeur". Véritable "liaison dangereuse", initiée dans le décor intimiste de la Sardaigne natale de l'auteure et dénouée lors de tournées européennes, ce roman explore en profondeur la relation maître-disciple avec l'ambiguïté de la manipulation latente, du désir et de l'arrogance. Des dialogues somptueux émaillent ces luttes où la franchise laisse sa place à une forme d'hypocrisie sociale "où haïr quelqu'un est aussi normal qu'il est inconvenant de laisser paraître sa haine". M-D.R.