À la fin des années 70, le monopole étatique sur la radio et la télévision étouffe la jeunesse française qui rêve d'entendre sur les ondes les sons du moment que l'on peut apprécier outre-Manche avec Radio Caroline. Mais la bande FM soufflera très vite ...

À la fin des années 70, le monopole étatique sur la radio et la télévision étouffe la jeunesse française qui rêve d'entendre sur les ondes les sons du moment que l'on peut apprécier outre-Manche avec Radio Caroline. Mais la bande FM soufflera très vite fréquences et voix nouvelles. Les radios pirates naissent souvent dans la foulée de campagnes électorales et de combats écologistes et sociaux, essentiellement locaux. Les autorités chassent les émetteurs interdits. La guerre des ondes fait rage, dans un brouhaha souvent expérimental, toujours inventif. Têtes chercheuses musicales, militantes, révélatrices de talents encore actifs aujourd'hui, les stations clandestines annoncent le paysage radiophonique d'aujourd'hui. Jean- François Bizot, qui cocréera Radio Nova, a raconté cette passionnante histoire dans un article oublié que Richard Gaitet, de la même Nova, exhume et scénarise à la manière d'un polar en cinq épisodes. Une passionnante traversée d'une décennie de liberté radiophonique et le combat pour une libre expression gagné en 1981, lorsque François Mitterrand décrète la fin du monopole public. Archives, bruitages et musique rythment avec délectation cette marche dans les pas des pionniers du transistor émancipé.