Le réalisateur de Coup de Tête, La Guerre du feu, Le Nom de la Rose et Stalingrad, complète sa filmographie hétéroclite par un exercice inédit pour lui: une série télé. Adapté du best-seller de Joël Dicker sorti en 2012, La Vérité sur l'affaire Harr...

Le réalisateur de Coup de Tête, La Guerre du feu, Le Nom de la Rose et Stalingrad, complète sa filmographie hétéroclite par un exercice inédit pour lui: une série télé. Adapté du best-seller de Joël Dicker sorti en 2012, La Vérité sur l'affaire Harry Québert donne les traits de l'ancien professeur d'université à Patrick " Grey's Anatomy" Dempsey. Tête de gondole d'un étrange attelage, à la fois dans son casting, son mode de production, sa réalisation et son style, l'acteur semble pantoufler dans ce rôle de mentor qui reçoit, dans sa propriété reculée du New Hampshire son ancien étudiant Marcus Goldman (Ben Schnetzer), écrivain angoissé par la page blanche avant d'être arrêté par la police, pour le meurtre, 33 ans plus tôt, de la jeune Nola. L'enquête que mène Marcus et, par son truchement, Annaud, faite de flashbacks, de plans depuis des drones et d'esthétique de série B tout droit sortie de la télé frissonnante d'érotisme et de suspense des années 90, ressemble à un patchwork d'influences et une succession d'emprunts dressée comme une check-list. Une déception et un passe-temps.