UN COFFRET DE 5 DVD. ARTE EDITIONS. DIST: TWIN PICS.
...

UN COFFRET DE 5 DVD. ARTE EDITIONS. DIST: TWIN PICS. En dehors de Yoyo, sa réalisation la plus connue, que l'on avait pu découvrir au festival de Cannes en 2007, voilà une vingtaine d'années que les films de Pierre Etaix étaient inaccessibles, conséquence d'un litige juridique ayant trop longtemps privé les spectateurs de sommets de poésie burlesque. L'auteur ayant recouvré ses droits à l'issue d'un procès-fleuve, c'est avec un bonheur non dissimulé que l'on accède enfin à une £uvre aussi rare -5 longs et 3 courts métrages- que précieuse, restaurée pour le coup, et faisant l'objet d'une exemplaire édition DVD. Formé à l'école du cabaret et du music-hall, Etaix fait ses armes cinématographiques aux côtés de Jacques Tati, qui l'engage comme dessinateur et gagman pour Mon oncle. C'est toutefois la rencontre avec Jean-Claude Carrière, en 1958, qui se révèle décisive, les 2 compères entamant une fructueuse collaboration, nourrie de leur passion commune pour le burlesque en général et Buster Keaton en particulier. Il y a d'ailleurs quelque chose de "l'homme qui ne riait jamais" dans la physionomie que Etaix promène de film en film à compter de Rupture, le modèle d'humour noir qu'ils tournent en 1961. Réalisé 2 ans plus tard, Heureux anniversaire vaut à son auteur l'Oscar du meilleur court métrage, non sans décliner des motifs particulièrement savoureux, à la suite d'un homme obstinément retardé sur la route de son anniversaire de mariage. La fantaisie et l'humour aérien d'Etaix et Carrière font ici merveille, ils sont portés à leur quintessence dans Le soupirant, leur premier long métrage. Et un monument de poésie où un jeune homme de bonne famille -Etaix toujours- se met en quête d'une épouse, entamant là une singulière équipée parisienne qui le verra s'éprendre, au-delà de la raison, d'une chanteuse, pour un film alignant les gags avec une inventivité jamais prise en défaut. Qualités qui prévalent encore dans Yoyo, hommage lumineux au cirque et à ses artistes, et un pur moment de magie cinématographique regorgeant de trouvailles -ainsi du passage du muet au parlant. Si ces premiers films s'inscrivent hors du temps, Tant qu'on a la santé, fantaisie burlesque en 4 actes, voit Etaix y adjoindre un regard amusé et critique sur ses contemporains. Une tendance à nouveau à l'£uvre dans Pays de cocagne qui, succédant à un Grand amour en forme de succulent vaudeville, accompagne les Français en vacances. Collection d'instantanés, le film compose le portrait haut en couleurs de la France populaire d'après mai 68 -un regard sociologique dont l'humour fera des ravages, sonnant, malheureusement, le glas des aspirations cinématographiques de l'auteur. En complément de ces films, pour la plupart irrésistibles, La grosse tête, un volume composé par Etaix, et retraçant son parcours (histoire toujours en cours), dessins, photos, textes et impressions à l'appui, et Pierre Etaix, naturellement, un documentaire en forme de regard sur l'artiste et son univers. Inestimable. LE FESTIVAL DU FILM D'AMOUR, À MONS, PROPOSERA, DU 18 AU 25 FÉVRIER PROCHAINS, UN COUP DE CîUR À PIERRE ETAIX, ASSORTI D'UNE EXPOSITION. JEAN-FRANÇOIS PLUIJGERS