Il ne faut pas traîner, la très belle série d'images Norwegian Wood de France Dubois n'est exposée au K41 (Ixelles) que jusqu'au 30 mars. On ne saurait trop recommander d'aller jeter un oeil sur ce travail qui arpente les territoires de l'intimité au croisement du corps féminin et du paysage. Une femme, dont on ne découvre que le buste pâle et osseux, tient des bois de cerfs contre elle. Ce rapprochement fait de l'anatomie une terre d'accueil que l'on ne soupçonnait pas. Un souffle panthéiste parcourt les prises de vue de cette photographe qui a exposé tant en Lituanie qu'aux États-Unis. Pas le temps d'aller sur place d'ici la fin mars? Consolation il y a. À la fois épuré et généreux en images, le site de l'intéressée plonge l'internaute dans l'atmosphère propre à ce talent. Les séries s'offrent les unes après les autres dans une parfaite lisibilité. On est touché par les images de Homesick, qui inversent le rapport mélancolique. Ici, la maison, un habitat traditionnel nippon, prend des allures de prison et condamne la silhouette qui l'habite à la folie domestique. On n'est pas moins ému par Behind the Window qui parle également d'enfermement et du temps qui passe. On s'en va sur la pointe des pieds non sans dire merci pour la douceur de ce regard posé sur le monde.

www.francedubois.eu