Loin de la complexité du jeu politique belge, les théâtres flamand du KVS et francophone du National font leur Toernee General, en échangeant leurs spectacles coups de c£ur. "C'est une façon de mettre en exergue des spectacles du KVS et du National qui n'auraient pas eu le temps de se faire connaître de l'autre communauté linguistique du pays, explique Jean-Louis Colinet, directeur du National. L'idée n'est pas neuve. Dès...

Loin de la complexité du jeu politique belge, les théâtres flamand du KVS et francophone du National font leur Toernee General, en échangeant leurs spectacles coups de c£ur. "C'est une façon de mettre en exergue des spectacles du KVS et du National qui n'auraient pas eu le temps de se faire connaître de l'autre communauté linguistique du pays, explique Jean-Louis Colinet, directeur du National. L'idée n'est pas neuve. Dès la Renaissance, les artistes se sont formés et enrichis en voyageant, en rencontrant l'autre culture. Dans le contexte politique du pays, il est nécessaire d'affirmer ce principe de collaboration artistique. " Welkom aux voisins! La première Toernee General, en 2006, se concentrait en un bref festival. Actuellement, elle se déroule sur 3 mois, avec 4 spectacles à l'affiche du National et 2 au KVS voisin, en version originale surtitrée. Cette semaine, c'est Baal qui ouvre le... bal. Baal, la première pièce de Bertolt Brecht, écrite à 20 ans, en 1918, en plein foisonnement expressionniste féroce au sortir de la guerre. Elle trace l'errance fougueuse de Baal, poète maudit imbibé d'alcool, un personnage à la Pete Doherty ou à la Rimbaud avec comme devise "jouir à la face du monde". Elle est signée de 2 metteurs en scène flamands, Jos Verbist et Raven Ruëll, qui ont mixé une distribution d'interprètes des 2 communautés. Quasi une révolution sur la scène belge, d'autant qu'ils jouent la pièce tantôt en flamand tantôt en français. Le reste de la programmation, qui s'écoulera jusqu'en mars, réunit de belles aventures, elles aussi inédites comme la prochaine création d'Isabelle Pousseur, Le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare avec des comédiens burkinabés. Ou, en coproduction, Raymondé un monologue en 27 cigarettes -sur l'entraîneur de foot Raymond Goethals- écrit par Thomas Gunzig, mis en scène par le réalisateur Manu Riche et interprété par le vertigineux comédien flamand Josse De Pauw. On retrouve aussi 2 succès flamands: De Gehangenen/Les Pendus par Het Musik Lod et Barakstad/Bidonville de Guy Dermul. Et côté découvertes, un jeune collectif francophone nommé Raoul présente Le Signal du promeneur, un spectacle sur les (anti)héros échappés du système. Niet te missen! l TOERNEE GENERAL EN SAISON. COUP D'ENVOI: BAAL DU 03 AU 10/12, REPRÉSENTATIONS EN FRANÇAIS PUIS EN NÉERLANDAIS AU THÉÂTRE NATIONAL. WWW.THEATRENATIONAL.BE, WWW.KVS.BE NURTEN AKA