"Maghreb K7 Club"

Au milieu des années 80, Rachid Taha et son groupe Carte de séjour livraient leur propre version du Douce France de Charles Trénet, contribuant à la vague raï qui allait débouler sur l'Hexagone, et au-delà. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la formation ne venait ni de Paris ni de ...

Au milieu des années 80, Rachid Taha et son groupe Carte de séjour livraient leur propre version du Douce France de Charles Trénet, contribuant à la vague raï qui allait débouler sur l'Hexagone, et au-delà. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la formation ne venait ni de Paris ni de Marseille, villes souvent considérées comme les deux principaux foyers de cette vague musicale en provenance d'Algérie, mais bien de Lyon. Sous ses airs de grande bourgeoise, la ville a en effet elle aussi abrité une scène avide de mix aventureux. Elle bénéficie aujourd'hui d'une fabuleuse compilation, Maghreb K7 Club, sous-titrées Synth Raï, Chaoui & Staifi 1985-1997. Elle est à nouveau à mettre au crédit de l'excellent label suisse Bongo Joe. Celui-ci a réussi à mettre la main sur des dizaines de cassettes produites par les musiciens issus de l'immigration maghrébine, qui se retrouvaient souvent dans les cafés populaires "de la Croix-Rousse ou à la Guillotière" pour faire la fête. De ce grand bouillonnement Maghreb K7 Club livre quelques magnifiques pépites. Guidés par les synthés, aussi bruts que goguenards, les groupes présents enchaînent chacha décalés, disco transméditteranéen ( Hata La Lile Ya Moul Jalab Tayfiya de Bnat El Maâna) ou funks jouissifs ( Zine Ezzinet de Nordine Staifi), empruntant même à cet autre natif de Lyon, Jean- Michel Jarre, le célèbre thème d' Oxygène IV ( Hata Fi Annaba de Salah El Annabi). Savoureux.