"4:00"

Il y a trois ans, le premier album de Delgres, Mo Jodi, en avait intrigué plus d'un. Du blues-rock à la Black Keys (pour faire court), chanté en créole, mâtiné de...

Il y a trois ans, le premier album de Delgres, Mo Jodi, en avait intrigué plus d'un. Du blues-rock à la Black Keys (pour faire court), chanté en créole, mâtiné de folk caribéen, et balancé par un trio inédit et particulièrement pugnace: Baptiste Brondy à la batterie, Rafgee au sousaphone (cuivre voisin du cor de chasse), et Pascal Danaë, d'origine guadeloupéenne, au lead et à la guitare. En outre, le nom du groupe -un hommage à Louis Delgrès, officier antillais antiesclavagiste de la fin du XVIIIe siècle- en disait long sur ses intentions. Elles n'ont pas changé, toujours aussi engagées, sur le nouveau 4:00, l'heure à laquelle se lève le prolétariat pour rejoindre l'usine et le chantier. Le son, par contre, a gagné en ampleur ( Assez Assez), ce qu'il a parfois perdu en nervosité.