Apparue dans le paysage éditorial en 2019, la collection La Fabrique des Héros revisite la culture populaire en l'envisageant à travers le prisme de ses personnages emblématiques -après celle des auteurs, une politique des personnages en somme-, répertoire courant de Jack Sparrow à Martine, de Sherlock Holmes à Katniss Everdeen. Dernier...

Apparue dans le paysage éditorial en 2019, la collection La Fabrique des Héros revisite la culture populaire en l'envisageant à travers le prisme de ses personnages emblématiques -après celle des auteurs, une politique des personnages en somme-, répertoire courant de Jack Sparrow à Martine, de Sherlock Holmes à Katniss Everdeen. Dernier invité en date, Dark Vador, objet d'un essai à quatre mains que signent Björn-Olav Dozo et Dick Tomasovic (lire son portrait en par ailleurs). Un ouvrage qui, après avoir rappelé l'impact qu'a eu la saga Star Wars sur l'industrie cinématographique comme sur la culture populaire dans son ensemble, ambitionne d'apporter un éclairage original sur son personnage central. La figure ambivalente de Vador, les auteurs s'attèlent à en explorer les multiples facettes, suivant les thématiques du feu -qu'il renvoie à l'ancrage mythologique du héros, ou qu'il le ravage de l'intérieur- et du sang, familial notamment. À personnage hors norme, réflexions multiples, le livre défrichant un horizon fécond, posant par exemple Vador en Prométhée moderne, ou postulant que " la trajectoire d'Anakin Skywalker se lit aussi comme une figure de la radicalisation". "Star Wars , comme toute grande oeuvre populaire, relèvent les auteurs, reflète les obsessions de son époque." Et de voir dans " l'idée d'une transmission éternelle et insoluble du flambeau du questionnement éthique" la clé de l'univers de Lucas. Pour conclure sur une formule imparable: " L'enfant est l'avenir de l'homme." Concentré d'érudition joueuse et passionnante, ce Dark Vador, à feu et à sang fait sens.