Une croyance, qui a quelque peu disparu, voulait que la bande dessinée et la musique entretiennent un lien particulier. Serge Clerc, auteur emblématique des années 80 en est la preuve personnifiée. L'avènement de la BD reportage a, de par sa nature, remis cette association sous les projecteurs, avec notamment et dans des genres différents, Le Chant de la machine et Hip Hop Famil...

Une croyance, qui a quelque peu disparu, voulait que la bande dessinée et la musique entretiennent un lien particulier. Serge Clerc, auteur emblématique des années 80 en est la preuve personnifiée. L'avènement de la BD reportage a, de par sa nature, remis cette association sous les projecteurs, avec notamment et dans des genres différents, Le Chant de la machine et Hip Hop Family Tree. D'autre part, le métier d'auteur de bande dessinée étant très solitaire, la musique est pour beaucoup la fidèle compagne des charrettes nocturnes. Paco Roca partage cette habitude. La musique l'a toujours accompagné, dans son travail mais également dans sa vie; il y avait continuellement un disque sur la platine ou un poste de radio allumé chez ses parents. Il y a quelques années, il rencontre lors d'une émission radio José Manuel Casañ, chanteur, compositeur et fondateur du groupe punk espagnol Seguridad Social. L'entente est immédiate et la volonté d'une collaboration naît peu à peu autour d'un projet sur l'Histoire de la musique. Le projet, qui se voulait au départ une illustration en BD du nouvel album du groupe, va évoluer au fil du temps pour atteindre sa forme définitive: une réflexion comparée sur les métiers de musicien et d'auteur de bande dessinée. Tout de suite vient à l'esprit Les Ignorants. Mais n'est pas Étienne Davodeau qui veut et Paco Roca se fait littéralement bouffer par José Manuel Casañ. Le lecteur de BD au fait des arcanes du métier de bédéiste sera heureusement plus attiré par les dessous de l'élaboration d'un disque, fût-il réservé au public espagnol. S'il n'y a pas de grandes révélations, il est toujours intéressant de pénétrer dans les coulisses du showbizz musical, qui a été une manne financière mais qu'Internet oblige désormais à se réinventer. Ce qui n'est pas encore le cas de la bande dessinée.