L'actu? Redboy en consomme à grosses doses, via le JT ou les journaux, le plus souvent en ligne. De là à donner son opinion à tout-va... "Cela me gêne toujours un peu. Parce que je ne vois pas en quoi ma parole serait plus intéressante qu'une autre, et que je n'ai pas envie non plus d'associer MLCD à un certain discours. Ce qui n'empêche que l'on est sollicité quasi toutes les semaines, par La Libre ou Le Soir, pour donner notre avis." Sur quoi par exemple? "La crise communautaire." Justement... "Je remarque quand même que cela reste d'abord des discussions poli...

L'actu? Redboy en consomme à grosses doses, via le JT ou les journaux, le plus souvent en ligne. De là à donner son opinion à tout-va... "Cela me gêne toujours un peu. Parce que je ne vois pas en quoi ma parole serait plus intéressante qu'une autre, et que je n'ai pas envie non plus d'associer MLCD à un certain discours. Ce qui n'empêche que l'on est sollicité quasi toutes les semaines, par La Libre ou Le Soir, pour donner notre avis." Sur quoi par exemple? "La crise communautaire." Justement... "Je remarque quand même que cela reste d'abord des discussions politiciennes. Ces tensions, on ne les vit pas au quotidien. En même temps, j'ai pas mal de potes flamands. On se rend compte qu'ils connaissent souvent très mal la Wallonie. Et réciproquement. J'ai un ami gantois. Chaque année, ils partent à une dizaine se faire un week-end entre copains. Cette année, ils sont venus à Liège. Leur thème: la mafia... Après coup, ils ont bien dû avouer qu'ils étaient pleins de préjugés qui sont tous tombés entre-temps. Ils ont fait la fête pendant 2 jours dans le Carré, ont trouvé les gens super chaleureux... " Xavier: "J'ai aussi des connaissances flamandes qui me racontent qu'elles ont voté NVA. Sans pour cela vouloir la séparation, mais pour faire bouger les choses. C'est un peu le paradoxe... "Haïti. "Le problème est toujours le même: les médias focalisent sur un truc comme Haïti pendant un moment, puis passent à un autre drame. Entre-temps, on oublie. Là, par exemple, tout le monde a donné pour parer au plus urgent. Mais maintenant? Je sais par exemple qu'il y a des mouvements dans les universités comme celle de Liège, des initiatives qui naissent pour contribuer à la reconstruction des universités sur place."50 ans du Congo indépendant. "J'ai suivi ça de près. Ma copine y était au moment des festivités, à Lubumbashi. C'est affligeant de voir ce qui s'y passe. Rien ne fonctionne. Les gens ont perdu tout espoir... En fait, l'un des albums que j'ai le plus écoutés cette année est celui de Baloji, Kinshasa Succursale . En général, j'écoute de plus en plus de musiques africaines, congolaise en particulier. J'ai longtemps collectionné les disques de songwriters. Aujourd'hui, je commence à avoir du mal. J'ai envie de nouvelles choses. Quand on composait l'album, par exemple, on faisait pas mal tourner les disques de Beirut, parce qu'on y trouvait justement des sonorités des Balkans qu'on n'a moins l'habitude d'écouter." Mondial de football."Un coup dans l'eau. J'ai toujours préféré ma guitare au ballon. Pourtant, on est plutôt sportif dans la famille: mon grand-père était gardien au Standard."Wikileaks." Je trouve ça intéressant de sortir de ce que les médias proposent, d'avoir une source d'info supplémentaire. Après, il y a pas mal de n'importe quoi, de trucs inconséquents. Sans compter qu'il y a une telle masse de documents rendus disponibles, comment s'en sortir? De là à dire que Wikileaks est susceptible de bousculer les grandes puissances... Pourquoi pas... Cela va peut-être les forcer à faire plus attention. Reste à savoir à quoi? A être moins corrompues ou plus prudentes?..." (rires) l