"Vol pour Sidney (retour)"

Nous ne connaissons pas l' (aller) mais s'il est de la qualité de ce (retour), hommage imaginatif rendu à Sidney Bechet, il se doit d'être écouté. Produit par Jean Rochard, Vol pour Sidney mélange de façon atypique des musiciens qui cél...

Nous ne connaissons pas l' (aller) mais s'il est de la qualité de ce (retour), hommage imaginatif rendu à Sidney Bechet, il se doit d'être écouté. Produit par Jean Rochard, Vol pour Sidney mélange de façon atypique des musiciens qui célèbrent, à leur façon, le 50e anniversaire du décès d'un musicien qui, après s'être produit au Festival de Jazz de Paris en 1949, avait été adopté par la France. Clarinettiste mais surtout saxophoniste soprano, Bechet allait transformer un instrument alors mineur en l'un des plus populaires de l'Histoire du jazz. Des géants tels que Steve Lacy ou John Coltrane l'adopteront après l'avoir entendu en jouer. Depuis, le soprano fait partie de la panoplie de tous les saxophonistes ténors (même Sonny Rollins s'y est essayé) dont il est la voix du haut, cette voix que Trane disait avoir toujours recherché. Ce Vol (retour) mélange les souffleurs (et autres musiciens) dans un fructueux décloisonnement des styles où l'on croise notamment John Dikeman, François Lederer, Nathan Hanson, Robin Fincker, François Corneloup, jouant (ou non) du soprano sur des titres de Sidney Bechet ou appartenant à son répertoire. Recommandé.