C'est clair: les jeunes et les non-initiés sont timorés face à la musique classique et l'opéra. Or on vibre, sans le savoir, à la 9e symphonie de Beethoven dans Orange mécanique ou à La Chevauchée des Walkyries de Wagner dans Apocalypse Now et on s'enfile du Rossini à gogo dans les cartoons (Bug's Bunny, Tex Avery). Alors, comment rajeunir le public des concerts classiques au-delà des musique...

C'est clair: les jeunes et les non-initiés sont timorés face à la musique classique et l'opéra. Or on vibre, sans le savoir, à la 9e symphonie de Beethoven dans Orange mécanique ou à La Chevauchée des Walkyries de Wagner dans Apocalypse Now et on s'enfile du Rossini à gogo dans les cartoons (Bug's Bunny, Tex Avery). Alors, comment rajeunir le public des concerts classiques au-delà des musiques de films? La contre-attaque est déjà lancée. Les festivals se la jouent "trendy" pour décloisonner le genre. En mars, Ars Musica s'affichait en rose-(overdose) avec des soirées pluridisciplinaires et le bonus d'une Nuit de l'électro. Sur le thème de l'Utopie, le prochain KlaraFestival démarre en "happening" à la Gare centrale avant une ouverture classique à Bozar. De son côté, La Monnaie retransmet à l'UGC son Médée de Cherubini et continue ses Go! pera (pour les moins de 30 ans), avec des soirées singulières et la participation de Girls in Hawaii, An Pierlé ou Sharko... La soirée opéra du 20/9 se déroulera ainsi en compagnie des Tellers! Comme l'explique Jan Briers, organisateur du KlaraFestival: "En musique classique, les jeunes c'est en dessous de 50 ans. Klara a fidélisé un public de 35-45 ans. Mais c'est difficile d'attirer les ados et les 20-30 ans, accaparés par leurs musiques (rock, pop, rap, métal, électro). Il faut une présentation "sexy" de la musique classique. Cette année, le festival se termine dans une église-discothèque, le Spirito-Martini. L'idée: mettre la musique classique dans les endroits où vont les jeunes. " Si les festivals se décloisonnent, on ne devient pas mélomane le temps d'un concert. La curiosité se construit petit à petit. Pas évident, quand on sait que la plupart des médias sont frileux à la transmission du goût classique. Une notable exception: Jean-François Zygel et sa Boîte à Musique (France 2), qui passionne en faisant dialoguer ses invités, cantatrices, jazzmen ou DJ... Dans l'air du temps, il est nécessaire d'être un bon "ambianceur" pour attraper le spectateur qui zappe et sortir la musique savante de son ghetto doré. KLARAFESTIVAL DU 1er AU 16/09, À BRUXELLES ET EN RADIODIFFUSION SUR KLARA ET MUSIQ'3. WWW.KLARAFESTIVAL.BE. GO! PERA, 1ÈRE NUIT LE 20/9, WWW.LAMONAIE.BE. N.A.