Huis clos dérangé, Bad Times at the El Royale réunit dans un motel délabré du Lake Tahoe sept personnages -prêtre, chanteuse de soul, VRP excentrique...- ayant tous des cho...

Huis clos dérangé, Bad Times at the El Royale réunit dans un motel délabré du Lake Tahoe sept personnages -prêtre, chanteuse de soul, VRP excentrique...- ayant tous des choses à cacher pour une nuit fertile en rebondissements sanglants. Signant un second long métrage ultra-stylisé, Drew Goddard ( The Cabin in the Woods) pratique le mélange des genres avec un certain bonheur, ajoutant au film noir vintage une solide dose d'humour grinçant et de violence tarentinienne, non sans tirer le portrait en creux de l'Amérique de Nixon. Soit, orchestré autour de standards soul, et s'appuyant sur une distribution mastoc (Jeff Bridges et Cynthia Erivo en tête), un film malin un brin poseur, petit plaisir de cinéma qui aurait gagné, toutefois, à être resserré. Making of en bonus.